Champlain: Québec veut une structure à deux niveaux

L'option privilégiée par Québec avec une voie ouverte... (ILLUSTRATION MINISTÈRE DES TRANSPORTS DU QUÉBEC)

Agrandir

L'option privilégiée par Québec avec une voie ouverte entre les voies ferrées et les voies des bus.

ILLUSTRATION MINISTÈRE DES TRANSPORTS DU QUÉBEC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Bruno Bisson
La Presse

Le système léger sur rail (SLR), qui pourra transporter jusqu'à 30 000 personnes à l'heure entre la Rive-Sud et le centre-ville de Montréal, ne sera pas prêt à être mis en service pour l'inauguration du nouveau lien qui remplacera le pont Champlain, en 2021.

Selon une «étude de configuration» rendue publique par le ministère des Transports du Québec (MTQ), l'ouverture du nouveau pont à la circulation automobile sera suivie d'une phase «de transition technique et commerciale» pendant laquelle «le service collectif d'autobus, qui occupait le corridor dédié au SLR, devra continuer de fonctionner».

Les services d'autobus, qui transportent présentement plus de 20 000 passagers par période de pointe, se poursuivront donc après la mise en service du nouveau pont pendant une période qu'il est encore impossible à estimer, selon le MTQ.

L'installation et la mise en oeuvre du SLR - un train léger, électrique et entièrement automatisé - seront réalisées alors que les automobiles rouleront déjà sur un nouveau pont à péage, et «ne devront nuire en aucune façon à l'exploitation par le partenaire privé des six voies de circulation réservées aux véhicules».

Cette transition entre les services d'autobus et le futur SLR est l'une des principales raisons pour lesquelles le gouvernement du Québec demande à Transports Canada d'opter pour la construction d'un pont à deux niveaux sur lequel les automobiles et les modes de transports collectifs seront complètement séparés les uns des autres.

Selon cette étude, qui propose six configurations différentes pour intégrer le SLR au nouveau pont, «une configuration à deux niveaux, comportant un tablier supérieur destiné à la circulation autoroutière et un tablier inférieur accueillant un corridor ferroviaire et deux voies adjacentes réservées est la seule à répondre à la vision exprimée» par Québec.

L'étude réalisée en seulement cinq semaines par une firme spécialisée de renommée internationale, Hatch Mott MacDonald, conclut que ce nouveau pont à deux niveaux coûterait environ 1,4 milliard de dollars. Ce coût inclut uniquement la construction, l'entretien et l'exploitation de l'ouvrage sur une période de 35 ans et ne comprend ni les voies ferrées, ni l'équipement roulant du SLR - pas plus que les coûts environnementaux, d'ingénierie et de surveillance -, ni les coûts de réaménagement des accès routiers de chaque côté du pont.

Bien qu'ils soient étrangers à notre paysage routier, les ponts à deux niveaux ne sont pas si rares. La ville de New York, à elle seule, en compte quatre.

À Toronto, le Prince Edward Viaduct, construit en 1918 et rénové dans les années 60, compte cinq voies de circulation automobile sur la partie supérieure et deux voies de métro au palier inférieur.

Transports Canada, responsable de la construction du nouveau pont, n'a pas voulu faire de commentaire, hier, sur les demandes de Québec pour un pont à deux niveaux. Une porte-parole a toutefois fait savoir que «13 différentes options de configuration pour le nouveau pont» sont présentement à l'étude et qu'«un pont à deux niveaux avec le transport collectif au niveau inférieur et les voitures au niveau supérieur fait partie de ces options».

Les analyses doivent être terminées à la fin de l'automne.

______________________________

Québec veut s'asseoir avec Ottawa

Le gouvernement Marois souhaite mettre sur pied une «table Québec-Ottawa» pour améliorer sa collaboration avec le fédéral dans le dossier du pont Champlain. Le ministre des Affaires intergouvernementales, Alexandre Cloutier, rencontrera aujourd'hui le lieutenant de Stephen Harper au Québec, Denis Lebel, afin de discuter du gigantesque projet de 3 à 5 milliards. Il déplore le fait qu'Ottawa n'a jusqu'ici fourni aucune étude technique sur le projet à Québec. «Il y a une sérieuse nécessité de partager de l'information, parce que Ottawa travaille en vase clos», a dénoncé M. Cloutier en point de presse, hier. Le ministre a par ailleurs dénoncé «l'entêtement» du gouvernement conservateur à instaurer un péage, qui équivaut à ses yeux à une «nouvelle taxe aux gens de la grande région de Montréal». La Presse a révélé lundi que l'imposition d'un péage sur le futur pont pourrait provoquer une congestion monstre dans le réseau routier de la métropole.

- Martin Croteau

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer