Importants retards dans les chantiers de Montréal

Ce retard a forcé les élus à se... (Photo Alain Roberge, archives La Presse)

Agrandir

Ce retard a forcé les élus à se réunir aujourd'hui en conseil spécial pour voter pour près de 30 millions en contrats, une première depuis la création de la nouvelle Ville. Normalement, le conseil municipal cesse de siéger à la mi-juin pour reprendre ses activités à la mi-août.

Photo Alain Roberge, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les travaux de réfection des infrastructures de Montréal accusent un important retard en raison des longs délais dans l'octroi des contrats.

La métropole a dû attendre près de quatre mois pour recevoir une autorisation de l'Autorité des marchés financiers afin de confier un contrat à un entrepreneur, a indiqué le maire intérimaire de Montréal, Laurent Blanchard.

Le processus d'octroi des contrats est considérablement ralenti depuis que Montréal a demandé que les entrepreneurs décrochant des contrats de plus 100 000$ fassent l'objet d'une vérification de l'AMF.

«Ça fait en sorte que des dossiers sont retardés. Il y a un dossier qu'on a attendu 103 jours avant d'avoir l'autorisation de l'AMF. On aurait espéré que ça soit plus tôt», a précisé Laurent Blanchard.

L'entreprise Clean Water Works a remporté voilà près de quatre mois un appel d'offres pour un projet de 13,9 millions afin de refaire une partie du réseau d'égouts de Montréal. C'est toutefois seulement tout récemment que Montréal a reçu le feu vert pour lui octroyer le contrat.

Ce retard a forcé les élus à se réunir aujourd'hui en conseil spécial pour voter pour près de 30 millions en contrats, une première depuis la création de la nouvelle Ville. Normalement, le conseil municipal cesse de siéger à la mi-juin pour reprendre ses activités à la mi-août. «On ne voulait pas attendre en août, c'est pour ça qu'on se réunit aujourd'hui pour ne pas retarder d'un autre deux mois», a expliqué Laurent Blanchard.

D'autres projets sont carrément paralysés, a admis Laurent Blanchard, notamment ceux dont les appels d'offres ont été remportés par des entreprises  citées à la commission Charbonneau pour leur participation à la collusion. «Il y a des dossiers coincés dans le pipeline, mais ce sont des noms qu'on a souvent entendus », a-t-il. 

Montréal dit s'attendre à des réponses de l'AMF sur plusieurs entreprises, dont Louisbourg, Catcan, DJL et Construction Soter. «Elles ont continué à soumissionner et lorsqu'elles sont les plus basses soumissionnaires, on les envoie à l'AMF», a expliqué Blanchard.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer