Grand Prix : adolescentes en péril

Des manifestantes féministes ont protesté contre l'exploitation sexuelle... (Photo Olivier Pontbriand, La Presse)

Agrandir

Des manifestantes féministes ont protesté contre l'exploitation sexuelle et la prostitution au Grand Prix hier dans les rues de Montréal.

Photo Olivier Pontbriand, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle Hachey

(Montréal) C'est le retour du Grand Prix et, dans les centres jeunesse, on se prépare au pire. Chaque année, à pareille date, de nombreuses adolescentes sont poussées à fuguer par leur proxénète afin de combler les besoins des touristes sexuels qui débarquent à Montréal. Et qui ne risquent pas de repartir déçus, tant l'offre est abondante dans la métropole québécoise.

Des adolescentes parmi les plus vulnérables du Québec risquent de fuguer à la demande de leur proxénète, au cours des prochains jours, afin de combler la forte demande des touristes sexuels qui viendront assister au Grand Prix de Montréal.

Il y a quelques jours, les intervenants des Centres jeunesse de la Montérégie ont reçu un courriel les invitant à faire preuve de vigilance auprès des adolescentes susceptibles de s'enfuir pendant le Grand Prix, dont les activités commencent demain.

«Chaque année, il y a des filles qui fuguent pour aller travailler, à la demande de leur proxénète. Elles quittent les Centres jeunesse pendant trois ou quatre jours, parfois une semaine pour répondre aux besoins des touristes étrangers en visite à Montréal», explique l'auteure du courriel, Pascale Philibert.

À la tête du projet Mobilis depuis cinq ans, Mme Philibert a réchappé des centaines d'adolescentes exploitées par des gangs de rue en Montérégie. Toutes avaient été manipulées, voire enrôlées de force dans l'industrie du sexe montréalais.

Ces jeunes filles n'ont rien à voir avec l'image coquine et inoffensive que la population se fait trop souvent des escortes offrant leurs services dans la métropole, dit Mme Philibert. Au contraire, plusieurs sont menacées, battues, réduites à l'esclavage.

«Elles ont des horaires épouvantables. À 14 ans, il y a des filles qui commencent à 15h pour finir à 3h du matin. Elles font 12 heures, parfois plus. Il y en a énormément. Montréal est une plaque tournante au niveau de l'exploitation sexuelle.»

Line Dion, spécialiste de la prostitution aux Centres jeunesse Batshaw (Montréal anglophone), s'inquiète aussi du retour des grands événements dans la métropole. «Cela commence avec le Grand Prix, mais ça continue tout l'été, explique-t-elle. Nous l'avons senti ce printemps; ça recrutait à pleines portes! Les proxénètes préparaient les filles pour répondre à la demande.»

Comme les clients du Grand Prix exigent souvent des «escortes de luxe», bien des mineures se retrouvent à combler les demandes des clients habituels laissés en plan pendant le week-end, surtout dans les salons de massage qui pullulent dans la métropole, explique Mme Dion.

«Les clients, ce sont des messieurs Tout-le-monde. Ils ne sont pas pédophiles, mais ils cherchent de très jeunes femmes. Parfois, ils ont des doutes sur l'âge de la fille, mais au lieu d'agir, d'aider, ils se contentent de satisfaire leurs besoins», dit Mme Philibert.

Plus que tout autre événement, le Grand Prix entraîne énormément de prostitution, constate-t-elle. «Il y a une effervescence, un contexte, avec toutes ces filles aguichantes autour des voitures.»

Déjà, en début de semaine, le Centre jeunesse de Saint-Hyacinthe a réussi à déjouer quelques tentatives de fugue. «Les proxénètes mettent une énorme pression sur les filles. Beaucoup d'adolescentes vont se retrouver dans des hôtels luxueux ce week-end.»

Les policiers commencent à changer d'attitude envers les prostituées, reconnaissant que plusieurs d'entre elles sont victimes d'exploitation. L'automne dernier, le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a mis sur pied le programme des Survivantes afin de sensibiliser ses propres policiers à la détresse des jeunes filles. Le SPVM traite en priorité les cas d'exploitation de mineurs, et les Centres jeunesse ont la responsabilité de rapporter aux policiers les cas de fugue au plus vite, souligne l'inspecteur-chef Johanne Paquin, responsable du dossier de la prostitution.

«Le Grand Prix, c'est notre plus gros week-end. Tout est plein et on fait beaucoup d'efforts pour assurer une surveillance accrue des bars et des hôtels», dit Mme Paquin.

Selon Mme Philibert, les policiers se butent toutefois à un manque de ressources pour lutter efficacement contre l'exploitation sexuelle. «Il n'y a pas d'intérêt politique à protéger ces enfants abusés, négligés, rejetés. Ils sont fragiles, alors on en profite. On les vend, on les exporte. C'est de la chair humaine. Mais les gens ne sont pas intéressés.»

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer