453 arrestations à la manif de la CLAC

Partager

447 arrestations en vertu du règlement municipal P6, et six arrestations pour des infractions criminelles. Voilà le bilan final de la manifestation anticapitaliste de mercredi soir.

Une grande partie des manifestants qui étaient possiblement près d'un millier sont donc rentrés chez eux, aux petites heures ce jeudi, avec en main une contravention de 637 $ pour participation à une manifestation illégale, après avoir passé plusieurs heures coincées dans une souricière et fait un voyage en autobus de la STM, menottés avec des attaches en plastique, vers un centre de détention de la police de Montréal.

La manifestation, qui a lieu chaque 1er mai à l'occasion de la journée internationale des travailleurs, s'était amorcée à la place Jacques-Cartier, devant la mairie de Montréal. Sa destination était le fameux club 357c, plusieurs fois nommé comme lieu de rendez-vous entre témoins de la Commission Charbonneau.

C'est à 400 mètres de leur but que les manifestants ont été stoppés, sur la rue de la Commune Ouest en face du musée de la Pointe-à-Callière.

La grande majorité des prévenus ont été encerclés par les policiers du SPVM qui les ont retenus en souricière pendant plusieurs heures.

«Les policiers qui marchaient le long de la manifestation se sont fait lancer des boules de billard, des bâtons qui servaient à tenir des drapeaux, et même des boulons comme ceux qui servent à fixer les roues d'une voiture. Deux voitures de police ont été vandalisées», explique l'agent Anie Lemieux, porte-parole du SPVM.

Un feu d'artifice a aussi été lancé du parc longeant la rue de la Commune, pendant l'opération d'encerclement.

Cette manifestation annuelle est habituée aux affrontements entre manifestants et policiers. Dans le contexte du controversé règlement municipal P-6 qui empêche les manifestations sans itinéraire et aux participants masqués, les organisateurs avaient annoncé ce qu'ils jugeaient être suffisant comme trajet. Départ à la place Jacques-Cartier, arrivée au 357c.

«Nous allons refaire le chemin qu'ont emprunté plusieurs élus municipaux pour aller manger avec des gens de la construction et du crime organisé. Là où une minorité prend des décisions pour exploiter la majorité», avait annoncé mercredi matin William Tremblay, porte-parole de la Coalition des luttes anticapitalistes (CLAC) lors d'une conférence de presse devant le fameux club.

Vers 18h donc, ils étaient plus de 500 réunis à la place Jacques-Cartier. Quelques militants, nettement minoritaires, étaient masqués. L'ambiance était plutôt calme, une fanfare assurait l'ambiance sonore.

Puis, un orateur y est allé de discours enflammés contre le capitalisme, qui oppresse selon lui les femmes, qui est responsable du malheur de travailleurs dans des usines non sécuritaires comme celle où plusieurs travailleurs sont morts au Bangladesh, entre autres.

Puis la foule s'est réchauffée et a tenté de se mettre en marche. Elle a aussitôt été freinée par les dizaines de policiers du groupe d'intervention. Une confrontation tendue s'en est suivie devant l'hôtel de ville, au son de la fanfare. Puis finalement, après une quinzaine de minutes, les policiers ont laissé les manifestants partir vers le sud.

La manifestation s'est ébranlée dans un étonnant silence. Quelques slogans anticapitalistes, anti-police, et le calme plat régnait entre les tirades.

Jusqu'à ce que la foule atteigne le musée de Pointe-à-Callières.

Là, un peloton du groupe d'intervention s'est amené à la course pour bloquer la rue de la Commune. Une toute menue manifestante qui en courant tentait de passer avant que les hommes casqués ne bloquent la rue a été plaquée durement au sol par le bouclier d'un agent. Sa tête a donné contre le bitume.

«Tu es brave ! Tu dois être fier», s'est mis à hurler au visage du policier un ami de la manifestante.

À un moment, il a tourné le dos aux policiers, qui ont saisi l'occasion pour l'étendre au sol et le menotter sous les cris désapprobateurs de ses proches.

Pendant ce temps, le reste du groupe était refoulé à l'Est par les autres policiers.

Les haut-parleurs du «camion flûte» ont alors annoncé que la manifestation était illégale en vertu du règlement P-6 et des actes criminels qui avaient été commis, et que tous ceux qui ne quittaient pas les lieux seraient arrêtés.

Ce qui a donné lieu à quelques scènes décousues. Comme un homme tentant de fuir avec son vélo, qui était retenu par un agent à cheval qui en tenait la roue.

«Comment je peux me disperser si tu retiens mon vélo», criait le jeune.

Le policier a finalement eu gain de cause, gardant le vélo avec lui.

Des discussions animées ont eu cours entre manifestants et policiers.

«Pouvez-vous identifier un seul méfait commis par les manifestants ?», a lancé une jeune femme à un agent.

«P-6», a-t-il simplement rétorqué.

«Vous protégez la corruption. Ça nous a coûté un milliard tout ça. Tout le Québec devrait être dans la rue. Et vous devriez arrêter ces gens-là au lieu d'empêcher les manifestations», a lancé un homme à ce même agent.

C'est là que le groupe a été pris en souricière.

«L'arrestation de masse est en vertu de P-6, qui stipule que tout regroupement mettant en danger la sécurité et l'ordre public est illégal», a expliqué le sergent Jean-Bruno Latour, porte-parole du SPVM.

Croisé au terme de la manifestation, William Tremblay, de la CLAC, a déploré l'intervention policière qui a selon lui perturbé une manifestation calme.

«Ça démontre tout l'arbitraire de leurs interventions. Si notre manifestation était illégale,pourquoi ne pas nous avoir arrêtés dès le départ au lieu de nous laisser partir ?», déplore-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer