Bilinguisme: Montréal donne son appui à Pierrefonds-Roxboro

«La Ville est 100% d'accord qu'il faut garder... (Photo David Boily, La Presse)

Agrandir

«La Ville est 100% d'accord qu'il faut garder le statu quo. C'est du gros bon sens: il y a au Québec un consensus pour préserver la paix sociale», a déclaré le conseiller indépendant Marvin Rotrand.

Photo David Boily, La Presse

Partager

Menacé de perdre son statut bilingue, l'arrondissement de Pierrefonds-Roxboro pourra compter sur l'appui de la Ville de Montréal.

Sans aller jusqu'à s'opposer au projet de loi 14 du gouvernement Marois, qui propose de réviser le statut bilingue de dizaines de municipalités, l'administration du maire Michael Applebaum demande simplement le statu quo.

> Consulter notre carte interactive des municipalités menacées de perdre leut statut bilingue.

Cette précision a été apportée aujourd'hui dans une lettre écrite par le président du comité exécutif, Laurent Blanchard, en réponse à la demande du conseiller indépendant Marvin Rotrand. Celui-ci s'apprêtait à déposer au conseil municipal une motion d'appui à Pierrefonds-Roxboro, le seul arrondissement bilingue de Montréal.

«Je suis entièrement satisfait par cette lettre, a déclaré en point de presse M. Rotrand. La Ville est 100% d'accord qu'il faut garder le statu quo. C'est du gros bon sens: il y a au Québec un consensus pour préserver la paix sociale.»

Aligné sur l'UMQ

Comme bien des municipalités québécoises, la proportion d'anglophones a graduellement diminué à Pierrefonds-Roxboro depuis l'obtention du statut bilingue en 1977. Ils ne sont plus aujourd'hui que 33%. M. Rotrand estime cependant qu'engager le débat sur ce changement de statut serait «ouvrir une boîte de Pandore».

«Ça va sûrement vous étonner, mais j'ai quelques amis qui votent pour le Parti québécois. Ils sont dans l'embarras avec cette nouvelle décision du gouvernement.»

Dans les faits, le président du comité exécutif, dans sa lettre, ne fait qu'appuyer la position de l'Union des municipalités du Québec, dont Montréal est membre. Au nom du principe de l'autonomie municipale, l'UMQ demande que le statut bilingue ne soit retiré à une municipalité que si elle en fait la demande. «On est complètement d'accord avec ça», a assuré en point de presse le maire Michael Applebaum.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer