Hausse salariale de 11,5% pour les cols bleus

L'entente, qualifiée d'«historique» par le maire Michael Applebaum... (PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE)

Agrandir

L'entente, qualifiée d'«historique» par le maire Michael Applebaum (notre photo), a été officialisée mercredi avec l'approbation du comité exécutif de coalition, dont c'était d'ailleurs la première décision.

PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE

Partager

En échange de hausses salariales qui totaliseront 11,5% d'ici 2017, les cols bleus de Montréal ont accepté des sacrifices de 6,3 millions dans leur régime de retraite.

Cette entente, qualifiée d'«historique» par le maire Michael Applebaum, a été officialisée mercredi avec l'approbation du comité exécutif de coalition, dont c'était d'ailleurs la première décision. M. Applebaum a salué l'«ouverture» des cols bleus et estime que cette entente «trace la voie» pour les autres syndicats.

La Ville de Montréal tente depuis plus de 18 mois de négocier des économies annuelles de 50 millions dans les régimes de retraite, qui coûtent près d'un demi-milliard chaque année et sont plombés par un déficit actuariel de 2,6 milliards.

Les cols bleus ont «fait leur juste part», estime M. Applebaum, en acceptant diverses mesures pour assurer la pérennité de leur régime. L'âge minimal de la retraite sans pénalité est désormais fixé à 55 ans après 30 ans de service et la cotisation des employés passera graduellement de 6,4% à 9,1% de leur salaire. Un fonds de stabilisation sera mis sur pied, et tout déficit sera dorénavant comblé en fonction d'un ratio de 55% -45% entre la Ville et ses quelque 5000 cols bleus. La Ville en assumait auparavant 100%.

Les cols bleus profitent en retour de hausses salariales de 2% durant trois ans et de 2,5% les deux dernières années, en échange de divers «aménagements» et gains de productivité. «Ce qui était important, c'était de garantir la viabilité du régime de retraite, de trouver la recette adaptée à notre régime», a expliqué Michel Parent, président du syndicat. L'entente de principe a été acceptée le mois dernier en assemblée par 95,4% des cols bleus.

Premier comité exécutif

La journée de mercredi a permis de tester la solidité de la nouvelle coalition autour du maire Applebaum, avec la réunion du comité exécutif auquel siègent tous les partis. Enthousiaste, le président de cette instance, Laurent Blanchard, estime que les 11 membres ont montré «une bonne volonté pour que ça fonctionne». «Le maire a démontré très clairement qu'il était le rassembleur qu'il avait promis d'être. Tout le monde était complémentaire et convergent.»

Même son de cloche du côté de son ex-collègue de Vision Montréal, Réal Ménard, qui a hérité du dossier du transport au comité exécutif. «Ç'a été une expérience extrêmement intéressante. Il y a une volonté réelle d'accueillir les points de vue différents. J'affiche un optimisme viril.»

Le maire Applebaum s'est engagé à ce que la prochaine séance du comité exécutif, mercredi prochain, soit diffusée sur l'internet. Pas question toutefois d'accueillir les médias et le public dans la petite salle Peter-McGill, où ont lieu les réunions. Grande nouveauté: l'ordre du jour et les sommaires décisionnels seront disponibles le jour même, après que les décisions auront été entérinées.

On a par ailleurs confirmé qu'une assemblée extraordinaire aurait lieu le 10 décembre pour l'adoption du budget 2013 révisé. La hausse de 1,1% de la taxe d'eau sera annulée, ce qui porterait la hausse totale du fardeau fiscal à 2,2%, soit l'équivalent de l'inflation. Le financement de la Société de transport de Montréal sera en outre revu à la hausse pour minimiser les augmentations de tarif prévues l'an prochain.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer