Union Montréal perd sa majorité à l'hôtel de ville

Coup de tonnerre, hier, à l'hôtel de ville de Montréal: six conseillers ont... (Photo archives La Presse)

Agrandir

Photo archives La Presse

Partager

Coup de tonnerre, hier, à l'hôtel de ville de Montréal: six conseillers ont coup sur coup quitté l'ancien parti de Gérald Tremblay, Union Montréal, qui a ainsi perdu sa majorité au conseil.

Dans une tentative de dernière minute pour limiter la saignée, le candidat choisi pour la mairie par intérim, Richard Deschamps, a fait deux concessions. Reprenant les propositions de son adversaire Michael Applebaum, il se dit maintenant prêt à diriger «une administration de coalition», avec un comité exécutif où siégeraient les partis de l'opposition. Il s'est également engagé à limiter la hausse du fardeau fiscal à 2,2%.

Il a refusé de donner plus de détails sur la place qu'auraient les partis de Louise Harel et Richard Bergeron. Il a expliqué qu'il s'agissait «des modalités» qu'il souhaite négocier.

Quant aux démissions, il les a expliquées par le fait que «des gens sont moins à l'aise». «J'aime mieux que les choses soient claires.» Son caucus, qu'il a consulté de midi à 15h30, hier, est «plus uni que jamais», a-t-il assuré. Y aura-t-il d'autres défections? «Tout est possible. Il va y avoir énormément de choses qui vont se discuter. Nous allons voir la suite des choses.»

Le président du caucus, Bernard Blanchet, a minimisé le fait qu'Union Montréal perde la majorité. «Nous formons toujours le plus gros bloc d'élus, et nous avons la majorité des arrondissements.» Il estime que le résultat du vote de demain pour désigner le maire par intérim sera très serré. «C'est toujours too close to call

Président indépendant

M. Applebaum a accueilli cette volte-face de Richard Deschamps avec un haussement d'épaules. «Je comprends que M. Deschamps est arrivé peut-être un peu trop tard. J'ai expliqué clairement où je veux aller. Il peut bien parler, mais moi, j'agis et mes propositions sont claires.» Il a ajouté une précision à la coalition à laquelle il tente de rallier les deux partis d'opposition: outre le maire intérimaire, le président du comité exécutif devrait également être indépendant. La chef de l'opposition, Louise Harel, se dit d'accord avec cette exigence.

M. Applebaum a par ailleurs confirmé avoir eu une rencontre avec M. Deschamps, «très courte, d'une dizaine de minutes», qui a donné peu de résultats. «Il m'a posé des questions tout de suite et m'a dit: "Puis, qu'est-ce que vous voulez?" Je lui ai expliqué que je voulais une coalition, ça fait des années qu'on travaille ensemble, je voulais qu'il en fasse partie. Je lui ai demandé: "Avez-vous des questions?" Il m'a dit non.»

Quant à son français hésitant, «que certaines personnes trouvent charmant», a-t-il dit en riant, il ne le voit pas comme un boulet dans cette course. «Oui, je suis un anglophone, mais je suis né à Montréal, je suis un Québécois et je suis fier d'être capable de travailler et de parler en français. Je pense qu'on a dépassé cette étape.»

À quelques élus près

Louise Harel a accueilli les offres de Richard Deschamps comme «une bonne nouvelle pour les Montréalais, qui ne verront pas leur fardeau augmenter plus que l'inflation», quel que soit le candidat gagnant. Elle a par ailleurs confirmé clairement qu'elle se présenterait à la mairie en novembre 2013, et elle n'écarte toujours pas la possibilité que son parti présente son propre candidat pour l'intérim. Le caucus de Vision Montréal a lieu ce matin.

Quant au chef de Projet Montréal, Richard Bergeron, il ne s'est pas adressé aux médias, hier. «On rencontre tout le monde», a expliqué laconiquement son attachée de presse, Catherine Maurice.

Avec les six départs d'hier, Union Montréal ne détient plus que 29 des 64 sièges de conseillers à l'hôtel de ville - 30 en comptant le conseiller indépendant Bertrand Ward, qui appuie toujours l'ancien parti de Gérald Tremblay. Techniquement, pour devenir maire, M. Applebaum doit compter sur l'appui de 6 élus, en plus des 26 conseillers de l'opposition, lors du scrutin secret qui se tiendra demain à l'hôtel de ville. Il pourra miser sur au moins quatre des cinq démissionnaires d'hier.

Quant à Richard Deschamps, il devra se passer du vote de Claude Dauphin, qui sera absent le jour du scrutin en raison d'une «activité prévue depuis longtemps», a appris

La Presse hier.

 

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer