Exclusif

Le coût des travaux en baisse de «20 à 33%» à Montréal

L'administration Tremblay refuse de voir dans ces chiffres... (Photo: Ivanoh Demers, La Presse)

Agrandir

L'administration Tremblay refuse de voir dans ces chiffres un signe que la Ville payait trop cher pour ses travaux de construction.

Photo: Ivanoh Demers, La Presse

Partager

Le prix des contrats de construction attribués par Montréal a connu «une baisse de 20 à 33%» depuis le début de 2012, alors qu'on anticipait une légère hausse. Selon le président de la Commission sur l'examen des contrats, ces résultats pourraient démontrer que la Ville s'est fait flouer.

Plusieurs documents municipaux consultés par La Presse font état d'une «baisse des prix pour l'année 2012 dans la région de Montréal» dans le milieu de la construction. «Nous constatons que la tendance à la baisse des prix se poursuit, alors qu'il avait été prévu une légère augmentation», peut-on notamment lire dans les pièces justificatives du contrat de réfection d'une rue de l'arrondissement de Pierrefonds-Roxboro. La Ville y voyait un signe de la féroce compétition entre les entrepreneurs, puisque les quatre entreprises intéressées par le mandat ont offert de faire le travail pour une somme beaucoup moins élevée que l'estimation initiale de la Ville.

Ce cas est loin d'être isolé. Pour les 40 contrats attribués lors des deux derniers conseils municipaux, Montréal avait prévu payer 91 millions, selon l'estimation de ses services. Une compilation effectuée par Vision Montréal démontre que la facture pour réaliser ces travaux sera finalement de 73 millions, soit 20% de moins que prévu.

«Il est vrai que depuis le début de 2012, on semble assister à une baisse du prix des soumissions, reconnaît Philippe Rousseau, porte-parole à la Ville. Par contre, cette baisse semble être reliée principalement au prix des matériaux, pas nécessairement des services et des travaux.»

Il émet l'hypothèse que Montréal profite en fait d'une conjoncture mondiale sur ce plan. La baisse de la demande dans le secteur de la construction pourrait également contribuer à une chute des prix. «Cette baisse pourrait également être liée à des stratégies commerciales de la part des fournisseurs ou être due à l'obligation d'écouler des stocks», analyse M. Rousseau.

Une «bonne nouvelle»

Laurent Blanchard, élu de l'opposition officielle et président de la Commission sur l'examen des contrats, a une hypothèse nettement plus inquiétante: «La Ville se faisait flouer et se fait moins flouer qu'avant.» Le comité qu'il préside, composé d'élus de tous les partis, passe en revue tous les mandats importants confiés par la Ville au privé et est appelé à scruter à la loupe les appels d'offres qui éveillent des soupçons.

L'administration Tremblay refuse quant à elle de voir dans ces chiffres un signe que la Ville payait trop cher pour ses travaux de construction. «Le passé, je ne peux plus rien faire là-dessus. Je parle de maintenant. Êtes-vous économiste? Êtes-vous MBA? Ce n'est pas une bonne chose d'extrapoler les chiffres», a affirmé Richard Deschamps, responsable des travaux publics du comité exécutif, lorsqu'il a été questionné sur le sujet.

L'élu croit plutôt que la baisse est davantage attribuable à la compétition féroce entre les entrepreneurs en construction qui s'est installée depuis le début de l'année. «Parfois, les entreprises veulent vraiment avoir le contrat, alors elles vont baisser leurs prix. Parfois, elles sont déjà dans le secteur et vont utiliser des éléments d'un autre chantier pour faire baisser le prix.»

Selon Richard Deschamps, cette diminution du prix payé par la Ville devrait être vue comme une bonne nouvelle. «Ce qu'il faut dire, c'est que c'est à l'avantage des Montréalais.»

Mais Laurent Blanchard se montre plus prudent quand vient le temps de dire qu'il s'agit d'«économies». Il craint en effet que les fonctionnaires responsables de l'estimation du coût de travaux soient trop «conservateurs» - ou généreux, selon le point de vue - pour éviter que des contrats soient abandonnés. «Est-ce vrai que la Ville épargne de l'argent ou est-ce plutôt que le prix des estimations a été gonflé pour s'assurer que les travaux soient faits? Je ne suis pas en mesure de répondre.»

Contrats annulés et malaise

Chose certaine, Laurent Blanchard s'inquiète de constater que les estimations de la Ville sont souvent bien loin de correspondre aux prix offerts par le privé. Fait particulier, dans plusieurs contrats analysés par La Presse, aucun entrepreneur n'a soumis un prix supérieur à l'estimation de la Ville.

Le cas du contrat pour le réaménagement de la place du Canada est révélateur. Les trois soumissionnaires ont déposé des offres variant de 11,9 millions à 12,6 millions. L'estimation de la Ville pour ces travaux prévoyait pourtant une facture de près de 18 millions. «Cet écart total de -33% est conforme aux observations des prix soumis depuis janvier 2012 et illustre une baisse de 20 à 33% par rapport aux prix courants, tels que répertoriés durant les années précédentes et sur lesquels est basée l'estimation», justifie la Ville. Le contrat a finalement été annulé en raison du «malaise» de la Commission sur l'examen des contrats.

Il n'a pas été possible de déterminer si la baisse de 20 à 33% observée cette année vient s'ajouter à celles observées en 2010 et en 2011. Après le resserrement des règles d'attribution des contrats au début de 2010, Montréal avait déjà constaté une baisse du prix des travaux, phénomène que l'administration Tremblay avait notamment attribué aux changements de règles et à la nomination d'un contrôleur général.

La baisse s'est poursuivie en 2011. Le rapport annuel de la Commission sur l'examen des contrats indique que les prix de 12 des 30 contrats qu'elle a analysés l'an dernier étaient inférieurs de plus de 20% à l'estimation municipale. À l'inverse, aucun n'avait été attribué à plus de 20% du prix estimé par la Ville.

***

Rabais alléchants pour la Ville

Projet: Réaménagement de la place du Canada*

> Prix soumis: 11,9 millions (Terramex aménagement urbain)

> Estimation municipale: 17,7 millions

> Écart: -33%

> Nombre de soumissions reçues: 3

> Nombre de soumissions au-dessus de l'estimation municipale: 0

*Le contrat a été annulé par la Ville

Projet: Travaux sur le collecteur Marc-Aurèle Fortin

> Prix soumis: 14,6 millions (Louisbourg SBC)

> Estimation municipale: 21 millions

> Écart: -30%

> Nombre de soumissions reçues: 4

> Nombre de soumissions au-dessus de l'estimation municipale: 0

*Le contrat a été annulé par la Ville

Projet: Réaménagement des jardins du château Ramezay

> Prix soumis: 644 000$ (Les Excavations Super)

> Estimation municipale: 904 000$

> Écart: -29%

> Nombre de soumissions reçues: 3

> Nombre de soumissions au-dessus de l'estimation municipale: 0

Projet: Réhabilitation de conduites d'égout dans l'arrondissement de Saint-Léonard

> Prix soumis: 2,8 millions (Paysagiste S. Forget)

> Estimation municipale: 4,4 millions

> Écart: -37%

> Nombre de soumissions reçues: 8

> Nombre de soumissions au-dessus de l'estimation municipale: 0

Projet: Réfection de la 3e Avenue Sud, dans l'arrondissement de Pierrefonds-Roxboro

> Prix soumis: 1,6 million (Paysagiste S. Forget)

> Estimation municipale: 2,2 millions

> Écart: -27%

> Nombre de soumissions reçues: 6

> Nombre de soumissions au-dessus de l'estimation municipale: 0

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer