Plus de 100 vols annulés à Montréal-Trudeau

L'air découragé, Natasha Hinojosa attendait avec son chat,... (Photo: Martin Chamberland, La Presse)

Agrandir

L'air découragé, Natasha Hinojosa attendait avec son chat, hier à l'aéroport Trudeau, un vol à destination de Newark où elle devrait prendre un avion à destination du Panama.

Photo: Martin Chamberland, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

«Annulé». Cette mention surlignée en rouge affichée sur le tableau des vols de l'aéroport Montréal-Trudeau a causé bien des maux de tête aux voyageurs. Depuis dimanche, les caprices de l'hiver ont entraîné l'annulation de plus de 100 vols reliant Montréal au nord-est des États-Unis et à l'est du Canada. À l'aéroport hier, déception et découragement se lisaient sur plusieurs visages.

«C'est la première fois qu'on prend des vacances l'hiver. On ne pensait pas que ça serait si compliqué.» Nadine Bélanger et son conjoint Jean-François devaient s'envoler hier matin pour Fort Lauderdale, avec une escale à l'aéroport de Newark. Mais la fermeture hier des trois aéroports new-yorkais, paralysés par d'importantes chutes de neige, a bouleversé leurs plans de vacances. S'ils ne parvenaient pas à atteindre la Floride cet après-midi, ils risquaient de devoir faire une croix sur le séjour qu'ils avaient réservé à bord d'un bateau de croisière. «Si on n'est pas là, le bateau va partir quand même, observe Nadine Bélanger. On essaie de contacter l'agence de voyages pour modifier les dates de notre croisière ou la changer pour un séjour tout inclus.»

Puisque plusieurs vols vers le Sud y font escale, la fermeture des aéroports de New York a touché plusieurs voyageurs. L'air découragé, Natasha Hinojosa attendait, avec son chat, de pouvoir se rendre à Newark pour attraper un vol vers le Panama. Venant d'apprendre l'annulation de leur vol, Joël Vienneau et sa copine ne savaient pas quant à eux comment ils rejoindraient l'aéroport JFK pour prendre leur vol pour Lima.

De nombreux vols vers Boston, Philadelphie et Cleveland ont aussi dû être reportés. D'autres vers Washington, Philadelphie et Atlanta ont été retardés. Selon la porte-parole d'Aéroports de Montréal, Marie-Claude Desgagnés, 50 vols reliant Montréal au nord-est des États-Unis ont été annulés hier, au départ et à l'arrivée, s'ajoutant aux 39 autres qui n'ont pu décoller dimanche. À l'aéroport Pearson de Toronto, plus de 200 vols ont été annulés. La tempête de neige a aussi perturbé le transport aérien vers l'est du Canada. Vingt-deux vols entre Montréal et différentes villes des Maritimes, dont Moncton, Bathurst et Fredericton, ont été annulés.

Manque d'informations

Exaspérés, plusieurs voyageurs tentaient, en vain, de trouver une place sur un autre vol. Or, en cette période des Fêtes, plusieurs affichaient complet. Attendu à Paris aujourd'hui pour son travail, Renaud-Pierre Landry espérait qu'une place se libère sur le vol d'Air Transat qui devait partir en soirée hier. L'ingénieur en informatique devait regagner la France hier après-midi, en passant par Newark. «J'ai pu partir de justesse de Paris avant Noël, raconte-t-il. Les vols après le mien ont été annulés. Maintenant, je ne peux plus retourner. Ce n'était finalement peut-être pas une bonne idée de venir passer les Fêtes à Montréal !»

M. Landry déplore le manque d'information donné aux voyageurs. «J'ai tenté de joindre Continental Airlines pendant une heure et demie. Je viens ici (à l'aéroport) et je ne suis pas plus informé.»

En fin de journée hier, les compagnies aériennes attendaient toujours que l'annonce de la réouverture des aéroports de New York soit faite pour reprendre leurs vols. «Nous demeurons en contact avec les autorités, affirme John Reber, porte-parole d'Air Canada. Dès que la réouverture sera faite, nous serons prêts à reprendre le service.»

Air Canada invite les passagers à vérifier l'état de leur vol avant de se rendre à l'aéroport et à modifier eux-mêmes leur réservation par le biais de son site internet. La compagnie aérienne n'imposera pas les frais normalement exigés pour la modification des vols. Ceux qui désirent annuler leur vol devront cependant payer la pénalité habituelle.

«Comme c'est la période des Fêtes, les vols sont assez pleins, reconnaît John Reber. Mais la disponibilité des sièges évolue parce que les gens modifient leur réservation. Il est possible que des sièges se libèrent.»

Ceux qui devaient atteindre New York à tout prix hier pouvaient monter à bord d'un autocar. Après avoir été interrompu dimanche, le service de Greyhound Lines a été rétabli hier. Un départ supplémentaire a été ajouté pour répondre à la demande. Les départs vers Boston ont pour leur part été annulés pour la deuxième journée consécutive.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer