Autoroute Bonaventure: la SHM invitée à refaire ses devoirs

Le projet de reconstruction de l'autoroute Bonaventure, estimé... (Photo: Martin Tremblay, Archives La Presse)

Agrandir

Le projet de reconstruction de l'autoroute Bonaventure, estimé à 260 millions, vise à donner à Montréal une «entrée de prestige».

Photo: Martin Tremblay, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'Office de consultation publique de Montréal (OCPM) recommande à la Société du Havre (SHM) de modifier son projet de reconstruction de l'autoroute Bonaventure. Dans un rapport qui sera dévoilé aujourd'hui et que La Presse a obtenu, l'organisme suggère d'abandonner la mise en place d'un couloir réservé aux autobus dans l'axe de la rue Dalhousie.

L'OCPM se range à l'avis des nombreux citoyens qui ont exprimé leur opposition à cet aspect du projet lors des audiences tenues en janvier. Le couloir doit amener près de 1500 autobus - la plupart en provenance de la Rive-Sud - à transiter chaque jour vers le terminus de La Gauchetière.

 

Dans son rapport, découvert sur un site internet, l'organisme suggère plutôt d'implanter des mesures prioritaires pour les autobus sur le boulevard afin d'éviter leur passage près de plusieurs résidences.

«La commission a entendu les préoccupations des citoyens et usagers quant à l'incompatibilité d'un équipement de nature métropolitaine dans une trame locale dont la revitalisation à dominance résidentielle et institutionnelle se confirme», écrivent les commissaires Hélène Laperrière, Jean-Claude Boisvert et Viateur Chénard.

Aménagement de 1,5 milliard

Le projet de 260 millions prévoit l'abaissement de l'autoroute sur environ 1km entre la rue Brennan, près du canal de Lachine, et la rue Saint-Jacques, au centre-ville. L'aménagement du couloir Dalhousie coûterait à lui seul 120 millions.

Ces travaux doivent ouvrir la porte à un vaste aménagement urbain de 1,5 milliard, le quartier Bonaventure. Une fois l'autoroute abaissée, la SHM propose d'en réduire le nombre de voies et d'utiliser l'espace dégagé au centre pour ériger des immeubles résidentiels et à bureaux, ce qui créerait une «entrée de prestige» dans la métropole.

Cette idée a été critiquée par certains intervenants, qui craignaient que le projet ne mine les efforts entamés par d'autres promoteurs pour revitaliser les secteurs de Griffintown et du faubourg des Récollets.

L'OPCM tranche en faveur de la création d'une nouvelle porte d'entrée sur le centre-ville, mais il suggère d'abandonner la construction immobilière dans l'emprise routière.

«Il est préférable de concentrer dans l'emprise du boulevard Bonaventure les fonctions d'entrée de ville plutôt que de lui imposer une forme contraignante de développement immobilier, dont la rentabilité n'a pas clairement été démontrée», écrivent les commissaires.

L'organisme invite aussi le promoteur à préserver davantage le patrimoine du quartier Griffintown, l'un des berceaux de l'industrialisation en Amérique du Nord. Il recommande aussi d'étudier la possibilité d'implanter un système de train léger sur le pont Victoria.

Projet Montréal en accord

Informée des conclusions de l'OCPM, la conseillère de Projet Montréal Sophie Thiébaut a appelé l'administration Tremblay à prendre la responsabilité du dossier au lieu de le confier à la Société du Havre. Elle s'est dite particulièrement satisfaite des recommandations qui touchent les transports collectifs.

«La population a été entendue par rapport à des préoccupations majeures, a-t-elle affirmé. Ce rapport est important parce que, en proposant des études sur la faisabilité du tramway sur le pont Victoria, on adhère au virage qu'on essaie de prendre vers les transports collectifs électrifiés.»

 

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer