Plateau et Ahuntsic: fini les chargements de neige la fin de semaine

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Projet Montréal propose une nouvelle approche pour le déneigement à Montréal:... (Photo: Robert Skinner, La Presse)

Agrandir

Photo: Robert Skinner, La Presse

Éric Clément
La Presse

Projet Montréal propose une nouvelle approche pour le déneigement à Montréal: les arrondissements du Plateau-Mont-Royal et d'Ahuntsic-Cartierville ne chargeront plus la neige la fin de semaine, a appris La Presse. Ils la dégageront après une précipitation de neige de 2,5 cm, comme le prévoient les contrats de déneigement, mais ils ne la chargeront qu'après une chute de 15 cm. Par ailleurs, le chef de Projet Montréal, Richard Bergeron, va demander la création d'une brigade trottoir pour s'assurer que, dorénavant, les piétons ne soient plus jamais forcés de circuler sur des trottoirs enneigés ou gelés.

«On va instituer un sommet sur le déneigement pour consulter la population afin de trouver des solutions, car on ne dépassera plus jamais le budget pour déneiger et on ne fera plus jamais de dette de 4 millions à cause du déneigement, a dit hier Luc Ferrandez, nouveau maire du Plateau-Mont-Royal, au cours d'une entrevue avec La Presse. On ne fera plus de déneigement à tout prix. On ne donnera pas de contrats supplémentaires. On ne fera pas de chargement de neige la fin de semaine. Ce n'est pas vrai que ce sera prioritaire. C'est lié à notre responsabilité financière. Sinon, il faudrait augmenter les impôts.» Mais dans les petites rues, comment fera-t-on? «Ce sera difficile, a répondu M. Ferrandez. On ne chargera la neige qu'à partir de 15 cm au lieu de 8 cm aujourd'hui mais, par contre, on déneigera et dégagera les trottoirs.»S'il y a une grosse tempête le samedi, que feront les milliers d'automobilistes qui empruntent la rue Saint-Denis, l'avenue Papineau ou l'avenue du Parc le lundi matin?

«L'administration disait toujours, ces dernières années, que le déneigement était la priorité no 1. C'est une véritable hystérie, a dit Richard Bergeron. Cette hystérie du déneigement découle de la dépendance à l'automobile. L'esprit de notre initiative, c'est qu'on va marquer une pause par rapport à cette évolution. Est-il si urgent que ça de faire travailler des employés à taux double la fin de semaine pour que ça circule bien le lundi matin?»

Les sept nouveaux élus du Plateau ont rencontré, la semaine dernière, les directeurs de service de l'arrondissement pendant trois heures sur la question du déneigement. «On a vu quelles étaient les contraintes financières et opérationnelles, a dit M. Bergeron. Travailler le week-end à taux double, ça coûte les yeux de la tête. Par principe, on s'est entendus que si on veut contrôler nos coûts, il faut diminuer voire abolir les chargements de neige la fin de semaine.»

Le Plateau-Mont-Royal doit toutefois respecter la stratégie de la ville centre pour les grandes artères. «Avant, en principe, on ne chargeait pas de neige en bas de 15 cm, mais maintenant, il faudrait charger à 8 cm. Ça, ça nous dérange beaucoup, car il n'y a pas de budget pour ça.»

«Le dégagement des rues est une activité essentielle qui vise à garantir la sécurité du public, rappelle Philippe Sabourin, porte-parole de la Ville. Les arrondissements ont adhéré au Plan stratégique des mesures d'amélioration du déneigement.» Mais y a-t-il une nuance entre déneigement et chargement de la neige? «La modulation du chargement peut être différente d'un endroit à l'autre», précise M. Sabourin.

Du coup, Richard Bergeron a dit que, dans les arrondissements où il y a un maire de Projet Montréal, la fin de semaine, en cas de précipitations de neige, on soufflera la neige dans les terrains vagues ou dans les parcs et on la chargera le lundi. «Avec l'argent économisé, on pourra faire autre chose. On peut récupérer de 500 000$ à 1 million dans le Plateau sur un budget de 8 millions. Et, surtout, on n'acceptera pas de surcoût de 3 millions à cause du déneigement.»

Le déneigement des trottoirs est la priorité de Richard Bergeron. «Il faut penser aux aînés. Les jambes cassées, ce n'est pas dans la rue qu'il y en a, c'est sur les trottoirs. On va donc demander une brigade trottoir pour le prochain budget de la Ville de Montréal, car pour la majorité des Montréalais, c'est l'état des trottoirs durant l'hiver qui les préoccupe, pas que la neige des rues ne soit pas chargée pendant deux jours.»

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • Pour un Plateau «humaniste et écolo»

    Montréal

    Pour un Plateau «humaniste et écolo»

    Le changement d'attitude par rapport au déneigement (voir texte page A6) n'est qu'un des aspects de la nouvelle philosophie mise de l'avant par... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer