Manifestation contre la brutalité policière: 240 arrestations

Partager

Sur le même thème

Comme elle l'avait annoncé, la police de Montréal a été très peu tolérante avec les manifestants contre la brutalité policière réunis ce vendredi soir à Montréal. La manifestation, contre toute attente de très petite envergure, n'a pas eu le temps de se mettre en branle que de nombreuses arrestations étaient effectuées. Au final, près du trois quart des manifestants ont été arrêtés.

>>> La galerie photo de l'événement

Au plus fort de l'événement, il y a dû y avoir plus de 300 manifestants. Et environ 240 ont été arrêtés.

Déjà plus tôt dans la journée, deux militants qui se seraient rendus à la manifestation organisée par le Collectif opposé à la brutalité policière (COBP), selon la police, ont été arrêtés. «Des mandats d'arrestations avaient été lancés contre eux pour d'autres évènements», relate le sergent Laurent Gingras.

C'est sous les flocons que se sont très lentement réunis les militants contre la brutalité policière dans le parc situé tout juste au nord du quartier général du SPVM, rue Saint-Urbain, vers 17h.

Les premières arrivées, quatre jeunes femmes portant des drapeaux à coeur se les sont d'emblée fait confisquer par des policiers.

«Ce sont des bâtons. C'est pour votre sécurité», ont dit les agents.

Elles n'ont pas rouspété.

«C'est dommage, on est ici parce qu'on est contre la violence, pas contre la police», a déclaré l'une d'elles.

20 minutes plus tard, ils étaient à peine 200 dans le parc, bien calmes. Ils n'ont pas eu le temps de scander les habituels slogans dénonçant la brutalité policière et rappelant les noms des personnes décédées ou blessées lors d'opérations policières, comme c'est le cas chaque année.

Tous les manifestants qui arrivaient masqués au rassemblement se faisaient arrêter par les policiers, en vertu du règlement municipal P6 interdisant de manifester en se cachant le visage. Un zèle inhabituel si tôt lors des manifestations.

Cela a fait grimper la tension et lors d'une de ces arrestations, un court, mais intense affrontement a éclaté dans le parc. Des coups de matraque et de drapeaux ont été échangés. La police de Montréal rapporte qu'un de ses hommes a eu deux dents cassées lors de cet échange.

La manifestation a ensuite été déclarée illégale par la police.

Puis le groupe a pris la rue. Saint-Urbain vers le sud.

Il n'a pas fait quelques mètres qu'un peloton du groupe d'intervention l'a séparé en deux.

Un groupe a alors emprunté la rue Sainte-Catherine ouest, et un autre, le boulevard de Maisonneuve est. Ils ont encore été séparés par les hommes casqués plus loin.

Résultat, plusieurs petits groupes sont demeurés ensemble, sillonnant le centre-ville et faisant courir les policiers possiblement plus que si la foule initiale, de petite taille, était demeurée intacte.

Quelques rares méfaits ont été commis. Une vitre de voiture a été fracassée avec une brique. Une vitre d'un bureau de change a aussi été brisée.

La police a alors lancé des ordres de dispersions aux divers groupes.

«La manifestation est terminée», a lancé un policier au micro.

«Quelle manifestation, on n'a même pas pu la commencer», a rétorqué un manifestant.

Quelques grenades assourdissantes ont été lancées et du gaz irritant CS a été utilisé à l'ouest du centre-ville, les manifestants refusant de se disperser.

À l'est, deux groupes ont été encerclés sur la rue Sainte-Catherine, près de la rue Sanguinet. Ils étaient près de 150 dans ces deux groupes. Ils ont été menottés avec des attaches en plastique et son montés dans des autobus de la STM pour être transportés au poste de police. Ils devraient se voir émettre des constats d'infractions en vertu du règlement P6, pour participation à une manifestation illégale puisque sans itinéraire fourni aux autorités.

Autour de ces groupes encerclés par les policiers, des manifestants en furie abreuvaient les policiers d'injures. Ceux-ci les ont repoussés à l'aide de gaz irritant.

À un moment donné, les policiers ont fait circuler un groupe vers le nord sur la rue Sanguinet. Un agent du groupe d'intervention qui s'affairait à cette tâche a fait un saut en voyant une jeune femme qui marchait derrière lui. Dans une scène intense qui a duré quelques secondes, il a dégainé un pistolet servant à lancer une forte concentration de gaz CS contenue dans une cartouche et l'a pointé vers la femme, à une distance d'environ 45 cm.

«J'ai dit de circuler», a-t-il hurlé.

La jeune femme a été ébranlée par la scène. Le pistolet ressemble à une arme à feu. Et c'est qu'elle a cru.

«Je n'en reviens pas, c'est complètement disproportionné», a-t-elle lancé, les nerfs à vif.

À peu près au même moment, une autre jeune femme a assené un coup de pied à un agent du groupe d'intervention qui courrait pour reprendre position avec ses confrères. Elle a été arrêtée aussitôt, résistant fortement et criant à tue-tête, soulevant l'indignation d'autres manifestants.

«Elle fait son show, vous en faites pas», a lancé aux protestataires un agent en casque et bouclier au sujet de la jeune femme qui hurlait. Ce qui n'a pas semblé convaincre les protestataires.

Résultat final, une manifestation, petite si on la compare à celle de l'an dernier qui avait réuni 2000 manifestants, mais qui a causé un certain chaos dans le centre-ville pendant deux heures. Au total, 240 personnes ont été arrêtées, la très grande majorité pour des infractions à des règlements municipaux, mais quelques-uns seront accusés de voies de fait sur des policiers, entrave à leur travail ou possession de matériel incendiaire, entre autres. Et plus d'une vingtaine en vertu de l'article 31 du code criminel. «Cela nous permet d'arrêter préventivement une personne dont nous croyons qu'elle commettra un acte criminel et de la relâcher lorsque la commission de cet acte n'est plus possible», explique le sergent Laurent Gingras, porte-parole du SPVM.

Vers 20h30, un groupe de manifestants a tenté de faire renaître la manifestaiton à la place Émilie-Gamelin, mais ils n'ont guère été plus de 25. Deux militants se sont vu émettre des constats d'infraction de 437$ pour tapage.

À noter que les agents anti-émeute de la Sûreté du Québec ont prêté main-forte à leurs collègues montréalais. Des agents de Toronto, Gatineau et Ottawa étaient aussi intégrés aux troupes montréalaises, mais dans un rôle d'observateurs. Ils ne participaient pas activement aux interventions, selon nos observations.

Cette manifestation a pris naissance le 15 mars 1997 et est devenue un événement annuel organisé par le Collectif opposé à la brutalité policière (COBP), qui dénonce ce que les militants qualifient d'impunité policière.

L'an dernier, le contexte de crise étudiante a considérablement dopé la manifestation qui a regroupé plus de 2000 participants. 226 manifestants avaient été arrêtés après deux heures d'affrontement au centre-ville.

Depuis hier, nombreux sont les militants, étudiants surtout, à indiquer via les médias sociaux qu'ils hésitent à participer à l'événement, par crainte de violences trop intenses.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer