La mairesse de La Prairie tuée par des guêpes

«Ce n'est pas parce qu'une personne n'a jamais... (Photo: Thinkstock)

Agrandir

«Ce n'est pas parce qu'une personne n'a jamais eu de réaction allergique aux guêpes qu'elle n'est pas allergique», explique le Dr Bruno Bernardin, urgentologue.

Photo: Thinkstock

Même si elle ne se connaissait aucune allergie aux piqûres de guêpes, la mairesse de La Prairie, Lucie F. Roussel, est morte subitement, dimanche, après s'être fait piquer une quinzaine de fois au bas du corps par de nombreux insectes.

La mairesse de 51 ans faisait du jardinage à son chalet de Stratford quand elle a marché sur un nid de guêpes, qui l'ont ensuite attaquée. Le conjoint de Mme Roussel, qui est allergique aux guêpes, avait une seringue d'épinéphrine (mieux connue sous son nom commercial d'Épipen) avec lui et en aurait injecté le contenu à sa conjointe, sans succès.

«Les ambulanciers ont également utilisé l'Épipen, mais ça n'a pas fonctionné non plus», a expliqué la responsable des communications de la Ville de La Prairie, Chantal Charron, qui ajoute que Mme Roussel semble être morte des suites d'une intoxication. «Il n'y a pas eu d'étouffement. Il n'y avait pas de symptôme d'allergie. C'était comme un empoisonnement», mentionne Mme Charron. Le décès de la mairesse a été constaté à l'hôpital de Thetford Mines.

Lucie F. Roussel... (PHOTO FOURNIE PAR LA VILLE DE LA PRAIRIE) - image 2.0

Agrandir

Lucie F. Roussel

PHOTO FOURNIE PAR LA VILLE DE LA PRAIRIE

La nouvelle a ébranlé tous les proches de Mme Roussel, dont sa fille Constance, 20 ans, et son fils, Antonin, 19 ans, présents au chalet lors du drame.

«Je suis aussi secouée. On est tous secoués ici. Je ne pensais pas que l'on pouvait mourir de piqûres de guêpes sans être allergique», affirme Mme Charron.

Allergique sans le savoir?

La Dre Johanne Blais, médecin de famille au Centre hospitalier universitaire de Québec (CHUQ), mentionne qu'environ seulement 2% de la population présente une sensibilité extrême aux piqûres d'insectes. Elle ajoute que même si elle n'a jamais été allergique auparavant, il est possible qu'après avoir reçu une quinzaine de piqûres, la mairesse Roussel ait eu une réaction allergique et subi un choc anaphylactique. «D'ailleurs, elle a peut-être reçu plus que 15 piqûres, car une seule guêpe peut piquer plus qu'une fois», note-t-elle.

Le Dr Bruno Bernardin, urgentologue au Centre universitaire de santé McGill, explique que «ce n'est pas parce qu'une personne n'a jamais eu de réaction allergique aux guêpes qu'elle n'est pas allergique». Sans vouloir se prononcer sur le cas de Mme Roussel, le Dr Bernardin explique que «la situation d'une allergie peut évoluer avec le temps».

Il est possible que la mairesse n'ait jamais eu de réaction allergique aux guêpes, mais qu'elle ait subi un choc anaphylactique après avoir été piquée par 15 guêpes, dimanche. «Avec ce nombre de piqûres, le choc a pu être si violent que même plusieurs piqûres d'Épipen pourraient ne pas voir suffi», mentionne le Dr Bernardin, qui précise que seule une autopsie pourrait déterminer les causes exactes du décès.

Un empoisonnement à la suite de piqûres de guêpes est aussi possible. Le Dr Bernardin a d'ailleurs vu un cas semblable il y a quelques années. «Mais dans ce cas, l'homme avait été piqué des centaines de fois. La quantité de venin avait été telle que la charge était majeure», raconte-t-il. Et dans le cas d'un empoisonnement, la mort survient plusieurs jours plus tard, et non pas quelques minutes ou heures après l'événement, précise le Dr Bernardin.

Selon le site Canadiens en santé du gouvernement du Canada et le site des Centres antipoison du Québec, il faut consulter un médecin dès que l'on se fait piquer par plus de 20 guêpes ou quand, après s'être fait piquer, on note une enflure anormale, des démangeaisons, des étourdissements ou de l'essoufflement.

Le Dr Bernardin est encore moins spécifique. «Si tu ne te sens pas bien après avoir été piqué par un insecte, une visite à l'hôpital s'impose», dit-il.

Une femme intègre

Mme Roussel était reconnue comme une femme «en forme», qui faisait beaucoup de marche. Le directeur général de la municipalité, Jean Bergeron, a qualifié la mairesse de femme «intègre» et «impliquée».

Les drapeaux de la municipalité de La Prairie ont été mis en berne en sa mémoire, lundi. C'est le maire suppléant, Laurent Blais, qui assumera l'intérim.

Le parcours de Lucie F. Roussel

  • 1999 à 2005: Conseillère municipale à La Prairie
  • 2003 à 2005: Mairesse suppléante
  • 2005 à 2014: Mairesse de La Prairie
  • 2012: Tente de se faire élire aux élections provinciales dans la circonscription de La Prairie sous la bannière du Parti libéral du Québec. Termine troisième avec 25,5% des voix, derrière le caquiste Stéphane Le Bouyonnec et le péquiste Pierre Langlois.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer