Abus sexuels en Indonésie: un enseignant canadien interpellé

Le ministre de l'Éducation, Yves Bolduc, a tenu... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le ministre de l'Éducation, Yves Bolduc, a tenu à réitérer l'importance du niveau préscolaire dans le parcours de l'enfant.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Jakarta

Un enseignant canadien soupçonné d'abus sexuels sur un élève d'une prestigieuse école internationale de Jakarta a été interpellé dans le cadre d'un scandale très médiatisé en Indonésie, a indiqué mardi la police.

«Nous l'avons interpellé lundi soir sur des soupçons de viol d'enfant. Il aurait commis ces faits à plusieurs reprises dans différents endroits dans l'enceinte de l'école, sur une période de six mois», a déclaré à l'AFP un porte-parole de la police de Jakarta, Rikwanto, qui n'a qu'un seul patronyme comme nombre d'Indonésiens.

Le suspect, Neil Bantleman, un administrateur de l'école internationale, risque jusqu'à 15 ans d'emprisonnement s'il est reconnu coupable de tels faits.

Un enseignant indonésien, Ferdinand Tjiong, a également été appréhendé lundi sur des soupçons d'abus sexuel.

«J'espère que l'enquête de police sera objective dans la recherche de la vérité, de manière à ce que le public sache qui est responsable de ces crimes. Ce n'est ni moi ni Ferdinand», a déclaré M. Bantleman.

Le scandale avait éclaté en avril à la suite d'affirmations d'abus sexuels commis par des membres du personnel de nettoyage sur un enfant de six ans dans les toilettes de l'école, un établissement prisé par les expatriés vivant dans la capitale ainsi que par des Indonésiens fortunés. L'affaire avait pris de l'ampleur lorsqu'un deuxième enfant s'était plaint d'avoir été victime d'abus sexuels.

Par la suite, une vingtaine d'enseignants étrangers de l'école avaient été expulsés d'Indonésie pour des infractions liées à la législation sur l'immigration, selon les autorités.

Les parents de l'une des victimes ont engagé une procédure judiciaire et réclament à l'école 125 millions de dollars (91 millions d'euros) de dommages-intérêts.

«Nous sommes bouleversés par la tournure des événements et très frustrés par l'interpellation de membres de notre personnel sur la base d'allégations complètement fausses et sans preuves», a déclaré l'école dans un communiqué.

Cette affaire a provoqué une grande colère parmi la population indonésienne et un débat dans les médias sur la fréquence élevée des abus sexuels dans les écoles de ce pays d'Asie du Sud-Est.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer