Une victime du kidnapping de sa fille en 1993 choquée

Diana Walsh estime que sa vie a été... (Photo Peter Edwards, Toronto star)

Agrandir

Diana Walsh estime que sa vie a été complètement bouleversée par l'enlèvement de sa fille, même si le dénouement a été heureux.

Photo Peter Edwards, Toronto star

Quand une infirmière s'est présentée à son chevet, quelques heures après la naissance de sa fille dans un hôpital de Burlington, en 1993, Diana Walsh a senti que quelque chose ne tournait pas rond.

«J'ai eu des doutes. Mais je n'ai rien fait. J'invite les parents à se fier à leur instinct. Ça m'aurait évité bien des angoisses», dit-elle.

L'infirmière qui est partie avec la petite Shelby sous prétexte de lui faire passer des tests était Karen Susan Hill, une criminelle qui a gardé le bébé pendant 11 heures avant d'être arrêtée par la police dans un motel, à 10 km de l'hôpital.

Quand Mme Walsh a entendu parler de l'enlèvement de la petite Victoria à Trois-Rivières, elle a été profondément choquée. «Je suis étonnée de voir que ça peut encore se produire. Ici, en Ontario, après mon histoire, les mesures de sécurité ont été resserrées dans les hôpitaux, et rien ne s'est plus jamais produit», dit-elle.

Mme Walsh espère sincèrement que la tragédie poussera le Québec à revoir ses règles. «Il faut aussi sensibiliser la population. Quand on vient d'accoucher, on est si fatiguée qu'on est vulnérable. On fait confiance au personnel de l'hôpital. Mais les parents ont le droit de suivre leur enfant partout et de poser des questions. Il faut le dire.»

Mme Walsh estime que sa vie a été complètement bouleversée par l'enlèvement de sa fille, même si le dénouement a été heureux. Pendant plusieurs années, elle a vécu de l'angoisse et ne pouvait parler de son histoire. Elle a brisé le silence en 2012 dans un livre intitulé Empty CradleLe berceau vide»). «Écrire le livre m'a aidée. Mais c'est encore une préoccupation pour moi.»

Mme Walsh est de tout coeur avec les parents de la petite Victoria. «J'espère qu'ils seront bien entourés. Parce que, dans les faits, ce sont les parents qui souffrent le plus dans ces histoires. Les enfants ne se souviennent généralement pas de grand-chose!»




À découvrir sur LaPresse.ca

  • Au Walmart avec un bébé volé

    Faits divers

    Au Walmart avec un bébé volé

    L'enlèvement d'une nouveau-née à Trois-Rivières, puis les retrouvailles avec ses parents, a ému tout le Québec. Notre équipe a rencontré une amie de... »

  • Astuces pour les nouveaux parents

    Faits divers

    Astuces pour les nouveaux parents

    Des hôpitaux américains publient des conseils pour les nouveaux parents afin d'assurer la sécurité de leur nouveau-né à l'hôpital. En voici... »

  • L'alerte «Amber», la télé et les réseaux sociaux

    Faits divers

    L'alerte «Amber», la télé et les réseaux sociaux

    L'alerte «Amber» s'est propagée comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux, lundi soir. Tout internaute québécois qui était branché sur... »

  • Bracelets GPS pour les poupons au CUSM

    Santé

    Bracelets GPS pour les poupons au CUSM

    Les nouveau-nés du Centre universitaire de santé McGill (CUSM) seront tous munis d'un bracelet GPS. Selon le directeur des urgences de l'hôpital de... »

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer