Un rappeur «glorifiant la criminalité» menacé d'être expulsé du pays

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Vincent Larouche 
La Presse

Les autorités canadiennes mettent le paquet pour expulser du pays le rappeur montréalais Enima, de son vrai nom Samir Slimani, qu'elles qualifient de criminel incorrigible qui «glorifie la criminalité» dans son oeuvre. Au contraire, l'artiste réplique que c'est justement l'envol de sa carrière qui lui a permis de changer de vie et de laisser ses écarts de conduite derrière.

Depuis 2014, Slimani était sous le coup d'une mesure de renvoi vers son Algérie natale, pour motifs de «grande criminalité». Le 14 mars dernier, pour des raisons humanitaires, la Commission de l'immigration et du statut de réfugié a décrété un sursis de cinq ans à l'exécution du renvoi.

Cela devait permettre à l'artiste, qui s'est développé un fidèle auditoire sur le web (il a atteint le 67e rang du Billboard canadien l'automne dernier), de demeurer ici en s'engageant à respecter une longue liste de conditions. Son statut devait être réévalué en 2023.

Dans un geste très rare, les autorités fédérales viennent de demander à la Cour fédérale de faire déclarer ce sursis invalide. Une preuve qu'elles tiennent mordicus à voir Slimani quitter le pays dès maintenant.

«Moi, en 25 ans de pratique, c'est le premier cas du genre que je vois», s'étonne Me Stéphane Handfield, avocat du rappeur mandaté pour répondre aux questions sur son dossier.

Série de crimes

Citoyen algérien, Samir Slimani est arrivé au Canada au début des années 2000, à l'âge de 11 ans. Il a obtenu un statut de résident permanent à titre de personne à charge de son père, qui avait immigré en tant que travailleur qualifié. Le fils n'a jamais obtenu sa citoyenneté canadienne.

En 2013, à l'âge de 19 ans, il a été condamné à 90 jours de prison et une probation de deux ans, à la suite du vol du véhicule d'un livreur et de sa cargaison.

«Ce crime a été suivi de multiples déclarations de culpabilité pour des infractions commises en 2012 et 2013, souvent en lien avec la drogue, l'usage de violence ou la menace d'y recourir, y compris de nombreuses violations des conditions imposées», peut-on lire dans le document déposé à la Cour fédérale.

Une représentante de l'Agence des services frontaliers du Canada, Zofia Przybytkoski, a souligné devant la commission que «dans ses chansons, M. Slimani glorifie la criminalité, se vante de gagner beaucoup d'argent grâce à la criminalité et exprime du mépris envers le système de justice, le tout avec des propos très vulgaires, et que cela jette aussi un doute sur la possibilité de réadaptation».

«J'apprends toujours à ma bitch à jamais fuck for the low [pour peu cher]», lance le principal intéressé dans une de ses chansons. «Que la salope de juge me tripote, je fais son salaire cette nuit», dit-il dans une autre.

Récemment acquitté d'accusations reliées au proxénétisme en Ontario, Slimani fait toujours face à des accusations de possession d'arme prohibée au Québec.

En avril dernier, une femme qui se trouvait avec lui au moment de son arrestation a toutefois pris le blâme pour la possession de l'arme, et l'avocat de l'artiste a déjà laissé entendre que les accusations contre son client pourraient donc être retirées bientôt.

Remords sincères

Quand il s'est présenté devant la Commission de l'immigration pour demander la permission de demeurer au pays, l'an dernier, le Montréalais a dit qu'il comprenait désormais les conséquences de ses actes passés.

«Lors de son témoignage, l'appelant a semblé éprouver des remords sincères. Il a affirmé ne pas avoir eu conscience de tout le mal qu'il a causé à autrui», a noté le commissaire Mark D. Chernin.

Slimani a expliqué avoir décidé de changer de vie après la prison. «Il a expliqué que cette décision tenait au fait qu'il avait désormais quelque chose à perdre. Par là, il faisait référence à sa toute nouvelle carrière de rappeur à laquelle il s'est, selon ses dires, sérieusement consacré depuis sa sortie de prison», écrit le commissaire.

«L'appelant a déclaré que sa carrière de rappeur marchait très bien et qu'elle structurait sa vie», poursuit le commissaire, qui note que Slimani dit «avoir commencé à gagner beaucoup d'argent». Une lettre «d'une personne haut placée dans le domaine de la musique» a d'ailleurs été exhibée au commissaire en appui à la demande de sursis.

Samir Slimani a aussi parlé de ses craintes quant à un éventuel renvoi vers l'Algérie.

«Il a déclaré ne parler que très peu l'arabe, a décrit l'Algérie comme un pays très musulman et a dit qu'il ne pratiquait pas l'islam. L'appelant a également affirmé que le fait qu'il soit très tatoué l'exposerait vraisemblablement à des actes de violence puisque cela indiquerait qu'il n'est pas un musulman typique», note le commissaire.

Strictes conditions

Convaincu par les arguments de Slimani, le commissaire Chernin a décidé de surseoir à son renvoi. Mais deux mois plus tard, l'Agence des services frontaliers réplique maintenant en contestant la décision en Cour fédérale.

L'avocate de l'Agence, Me Andrea Shahin, écrit dans sa requête que la décision «fait fi de l'historique de criminalité du défendeur ainsi que ses nombreux bris de conditions et a erronément conclu qu'il est un candidat viable à la réadaptation».

Selon elle, l'octroi d'un sursis à un tel récidiviste est contraire aux objectifs de la loi quant à la sécurité des Canadiens et au maintien de l'ordre public.

L'avocat de Slimani, Stéphane Handfield, ne partage pas cette interprétation.

«On ne le laisse pas libre dans la nature! Ce n'est pas un chèque en blanc que la Commission lui a donné. Il a une vingtaine de conditions à respecter, des conditions strictes», dit-il.

Aucune date n'a été fixée à ce stade pour trancher l'affaire en Cour fédérale.




Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer