Deux constables par palais de justice... pour le moment 

Le ministère de la Sécurité publique n'a pas voulu... (PHOTO Justin Tang, LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Le ministère de la Sécurité publique n'a pas voulu dévoiler le nombre d'établissements où la sécurité a été haussée.

PHOTO Justin Tang, LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le ministère de la Sécurité publique a annoncé à la fin de la semaine dernière que tous les palais de justice de la province compteront sur un minimum de deux constables spéciaux pour assurer la sécurité des lieux, alors qu'il n'y en avait qu'un seul dans plusieurs endroits.

Cette mesure, déjà en vigueur, est toutefois soumise à «une analyse approfondie», selon le Ministère, ce qui ne manque pas d'inquiéter le Syndicat des constables spéciaux du gouvernement du Québec. Selon son président Franck Perales, il s'agit d'une bonne nouvelle, mais l'absence de garanties le laisse dubitatif. 

«C'est assurément un pas dans la bonne direction, c'est ce qu'on demande depuis plusieurs années, dit-il. Mais pourquoi nous dire que c'est en cours d'analyse? On a demandé d'avoir une confirmation par écrit, mais on nous a dit non.»

Cette annonce est survenue dans la foulée du triste accident au palais de justice de Maniwaki, où un constable spécial, au cours d'une altercation au cours de laquelle il ne parvenait pas à maîtriser seul un jeune prévenu de 18 ans, a ouvert le feu sur lui.

«Est-ce que c'est une mesure temporaire [les deux agents par palais] le temps que la poussière retombe? Ce n'est pas clair», déplore M. Perales.

Au Ministère, on n'a pas voulu dévoiler le nombre d'établissements où la sécurité a été haussée.

La sécurité compromise, selon les constables spéciaux

Les constables spéciaux étaient en Cour lundi, afin qu'un juge ordonne au gouvernement du Québec de bonifier leur nombre dans les palais de justice pour assurer la sécurité du public et éviter justement des situations comme celle survenue à Maniwaki la semaine dernière qui a fait des blessés et lors de laquelle un constable a ouvert le feu.

Les constables spéciaux ont intenté les procédures en juin 2016, bien avant ce qui s'est passé au palais de justice de Maniwaki.

Leur objectif est double: dans un premier temps, ils veulent que le tribunal déclare que le ministère de la Sécurité publique et le ministère de la Justice ne respectent pas leurs obligations imposées par la Loi sur les tribunaux judiciaires en confiant la sécurité des palais de justice à des agents de sécurité privés, au lieu des constables spéciaux qui sont seuls à avoir les pouvoirs pour exercer de telles fonctions, plaident-ils. Ils veulent aussi qu'il soit ordonné au gouvernement de remédier à la situation.

Selon eux, les deux ministères ont plutôt décidé de confier diverses tâches à des agents de sécurité parce qu'ils coûtent moins cher.

Mais ils n'ont ni la compétence, ni l'expérience, ni la formation pour agir comme agent de la paix, est-il soutenu dans leur procédure. Malgré cela, ils effectuent des tâches réservées par la loi aux constables spéciaux. Cela n'est pas pour les dénigrer, précise Franck Perales, président du Syndicat des constables spéciaux du Québec. Il affirme qu'ils n'ont pas les pouvoirs d'intervention «et lorsque ça commence à brasser, ils appellent un constable spécial».

Ces allégations n'ont pas été prouvées en Cour.

Bref, la présence des agents de sécurité «donne une impression de sécurité», tout au plus, a fait valoir en entrevue téléphonique M. Perales.

Il manque d'effectifs et la sécurité des employés, du public et des constables dans divers palais de justice est compromise, a-t-il ajouté.

Ce qui s'est passé à Maniwaki est le meilleur exemple de cette situation, juge le président du syndicat. «Le constable était seul et personne n'est intervenu», dit-il. Selon lui, s'il y en avait eu un deuxième, ils auraient pu maîtriser l'individu et lui passer les menottes. En plus, pendant ce temps, le palais de justice de Maniwaki n'était pas protégé, a-t-il souligné.

L'empoignade survenue mercredi dernier a laissé un jeune homme de 18 ans gravement blessé. Un constable spécial a tiré au moins une balle dans la tête de l'individu. Le Bureau des enquêtes indépendantes (BEI) fait enquête.

Si la demande présentement devant la Cour est accordée, cela va représenter une augmentation assez rapidement des effectifs au niveau des constables spéciaux pour pallier au manque partout dans la province, résume M. Perales.

La procédure déposée par les constables spéciaux fait état de diverses situations où les agents de sécurité se sont retrouvés en plus grand nombre que les constables spéciaux dans les palais de justice, en plus de situations précaires.

Au palais de justice de Sainte-Anne-des-Monts, y est-il allégué à titre d'exemple, un constable s'est retrouvé seul pour incarcérer quatre personnes, tout en procédant à l'arrestation d'une cinquième. Il a dû fermer la cellule avec ses menottes de fonction.

Le syndicat dit avoir sonné l'alarme depuis au moins 2014, mais que personne n'a écouté ses avertissements.

Toutefois, M. Perales dit avoir reçu l'assurance du gouvernement vendredi que dans les palais où il n'y avait qu'un seul constable, il y en aura désormais deux. Une nouvelle - verbale, précise-t-il - qu'il accueille comme un pas dans la bonne direction.

Les auditions sont prévues pour quatre jours au palais de justice de Québec devant le juge Jean-François Émond, a indiqué M. Perales.

- La Presse canadienne




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer