Propos «inacceptables»: la ministre Vallée demande une enquête sur un juge

Le juge Jean-Paul Braun...

Agrandir

Le juge Jean-Paul Braun

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal et Québec) La ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, demandera au Conseil de la magistrature de faire enquête sur le juge Jean-Paul Braun pour ses propos «inacceptables» au sujet d'une victime d'agression sexuelle de 17 ans. Utilisant un ton très paternaliste, le juge imite la voix de la victime «fleur bleue», parle de son «surpoids» et soutient qu'un baiser sans consentement n'est pas une agression.

>> Écoutez l'extrait audio des commentaires du juge Jean-Paul Braun

«Elle donne son numéro de téléphone!», s'exclame le juge Braun, ironique, en salle de cour. «Tu sens bon, ah oui, toi aussi, tu sens bon», ajoute-t-il, en imitant l'adolescente. «C'est un homme qui s'intéresse à elle, c'est peut-être la première fois qu'un homme s'intéresse à elle, elle ne sait pas à quoi elle va faire face. Elle n'a pas 14 ans là, elle n'a pas 10 ans», lâche-t-il. «Elle a 17 ans!, rétorque la procureure de la Couronne Amélie Rivard. Elle est dans un taxi, un homme qui est dans un rapport de force inégal. [...] Le fait qu'elle est figée, ça ne donne pas ouverture à un consentement !»

L'accusé dans cette affaire, un chauffeur de taxi de 49 ans, a plaidé coupable le 3 mai dernier à une accusation d'agression sexuelle survenue à Montréal. Carlo Figaro s'en était pris à l'adolescente de 17 ans dans son taxi en août 2015. Il avait reculé son banc complètement pour l'embrasser en lui touchant un sein. «Il me lichait partout, il en avait même perdu ses lunettes», avait-elle témoigné.

«Ce n'est pas le même consentement pour embrasser quelqu'un et le consentement pour lui mettre comme on dit, la main au panier. Ce n'est pas le même consentement!», a tranché le juge Braun, en salle de cour, malgré les contestations de la Couronne.

Selon le juge, le chauffeur de taxi de 49 ans flirtait simplement avec la victime. «Il fait des compliments, la jeune fille est un peu flattée qu'un homme s'intéresse à elle. Elle, c'est fleur bleue. Elle voudrait qu'il l'appelle, elle voudrait qu'il s'intéresse à elle, elle ne voudrait pas qu'à la première rencontre, il commence à la toucher un peu partout. C'est pas ça qu'elle veut», a-t-il affirmé, en prenant par moment une voix plus douce, comme pour imiter la victime.

«On peut le dire qu'elle a un peu de surpoids, mais qu'elle a un joli visage hein? Qui paraît bien, polie... et puis il y a un homme qui s'intéresse à elle, pis il essaye de l'embrasser. Est-ce que si ça s'arrête là, et que c'est un flirt, et qu'on est intéressé? Est-ce qu'on va se plaindre à mes parents? Ben non ! [...] C'es-tu ça un homme? C'es-tu ça avec une relation? C'est-tu ça avec un boyfriend? Un gars qui nous embrasse qu'on connaît à peine, et il commence à nous toucher partout partout, pis dans les fesses, pis c'est tu ça? C'tu ça? C'tu ça maman? C'tu ça avoir une relation avec un gars? C'est ça qui est arrivé», lance-t-il d'un trait, d'un ton tantôt paternaliste tantôt ironique.

Ces propos du juge Jean-Paul Braun de la Cour du Québec, d'abord révélés ce matin par Le Journal de Montréal, ont suscité de nombreuses réactions dans la classe politique. À son arrivée à une réunion du caucus libéral, Stéphanie Vallée a qualifié d'«inacceptables» les propos du juge. Elle a confirmé que le Conseil de la magistrature sera saisi du dossier. Elle lui enverra une lettre pour demander formellement une enquête.

Du côté des partis de l'opposition, ils ont tous condamné les propos tenus par le juge Braun, tout en souhaitant également que le conseil de la magistrature se penche sur le cas. «C'est très grave. On se tourne vers nos juges pour avoir de la sagesse», a dit le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée.

Sur Twitter, la critique de l'opposition officielle en matière de Justice, Véronique Hivon, a écrit sur Twitter que les propos du juge étaient «révoltants, de surcroît dans le contexte actuel. Les victimes doivent avoir confiance et ne pas craindre la justice.»

«Peut-être que le ce juge a besoin d'une rencontre avec Manon Massé. Pour que Manon puisse lui partager un peu de connaissance sur la culture du viol», a pour sa part affirmé le député de Québec solidaire Amir Khadir. «C'est tout à fait inacceptable», a brièvement commenté Simon Jolin-Barrette de la Coalition avenir Québec.

Les propos du juge Braun sont inacceptables, selon le bâtonnier du Québec, Paul-Matthieu Grondin. «Nous avons une magistrature de la plus haute qualité. Mais ces propos sont tout simplement déplorables. Ils n'ont pas leur place, surtout pas dans le système de justice», a-t-il écrit sur Twitter.

La Cour du Québec ne commentera pas l'affaire en raison «du devoir de réserve qui lui incombe».




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer