Conditions sévères pour un Montréalais soupçonné de terrorisme

Sur les réseaux sociaux, Alexandre Louis Fallara a publié... (Photo tirée de Facebook)

Agrandir

Sur les réseaux sociaux, Alexandre Louis Fallara a publié des photos de lui portant le masque du groupe anarchiste Anonymous.

Photo tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un Montréalais de 21 ans qui aurait eu l'intention de mener une attaque terroriste au Québec s'est vu imposer hier par la Cour des conditions de libération d'une rare sévérité. Alexandre Louis Fallara, membre d'un groupe obscur d'extrême gauche, s'est notamment fait interdire de posséder des explosifs ou du « matériel terroriste », de porter un sac dans un rassemblement public et de se trouver près de l'Assemblée nationale.

La Gendarmerie royale du Canada (GRC), qui a arrêté le jeune homme jeudi à Montréal, aurait été informée l'hiver dernier des plans du militant révolutionnaire par les autorités américaines, a appris La Presse. Selon des informations émanant de discussions tenues sur des réseaux sociaux, l'accusé aurait tenté d'importer des armes des États-Unis. Il aurait aussi tenu des propos laissant entendre qu'il aurait voulu déclencher une révolution et s'en prendre à des installations militaires, ainsi qu'aux gouvernements libéraux à Ottawa et à Québec.

Selon des recherches effectuées hier par La Presse sur les réseaux sociaux, le résidant du quartier Notre-Dame-de-Grâce détiendrait plusieurs comptes de langue russe sur Facebook sur lesquels il relayait toujours jeudi des théories conspirationnistes et crachait sa haine des Juifs et des homosexuels. Le 23 juin dernier, il accusait notamment le premier ministre Justin Trudeau de n'être qu'un « fasciste sioniste ». Une semaine plus tôt, il publiait une photo de guillotine en écrivant : « Ça c'est pour toi Philippe Couillon », en référence au premier ministre Philippe Couillard.

« INSPIRER LA RÉVOLTE »

Sur le réseau social russe VK, il écrivait en français en décembre 2016 qu'il serait prêt à se faire « tuer » ou « exécuter » pour le Québec. « Je serais coupable d'une seule chose :  [me] sacrifier pour inspirer la révolte. J'en serais fier si le peuple québécois se lève enfin », affirmait-il, sous un pseudonyme. Il incitait ses supporters à « attaquer la prison » ou « prendre des otages de l'État pour forcer un échange de prisonniers », s'il était détenu.

Alexandre Louis Fallara est très actif au sein d'un groupe prorusse d'extrême gauche nommé Front populaire national révolutionnaire pour la libération du Québec, qui compte environ 350 membres sur Facebook. Une des photos partagées par le groupe en septembre dernier sur le réseau social russe VK montre un drapeau affichant une fleur de lys et deux fusils de type AK-47 au-dessus de leur slogan : « La patrie ou la mort, nous vaincrons ! » L'accusé semblait aussi être un sympathisant du groupe anarchiste Anonymous.

AUCUN CRIME

Néanmoins, Alexandre Louis Fallara n'était pas accusé hier d'avoir commis un crime au Canada. Le jeune homme a été arrêté jeudi par la GRC en vertu de l'article 810.2 (3) du Code criminel. Cet article permet aux policiers de forcer un suspect à comparaître devant un juge pour qu'il s'engage à garder la paix, même s'il n'a pas commis de crime. Le Montréalais Merouane Ghalmi, qui aurait tenté d'aller se battre aux côtés du groupe armé État islamique en Syrie, s'était vu imposer de telles conditions en vertu du même article en mars 2015.

Selon la dénonciation déposée en Cour, les enquêteurs de la GRC craignent qu'Alexandre Louis Fallara ne commette des « sévices graves » à l'endroit d'une ou de plusieurs personnes en raison d'« incidents survenus entre le 1er octobre 2016 et le 21 juillet 2017 ». La nature des crimes en question n'a pas été précisée.

Le jeune homme était particulièrement frondeur hier lors de sa comparution par vidéoconférence. Après la lecture de la vingtaine de conditions à respecter, il a déclaré à deux reprises à la Cour qu'il avait lui aussi des « demandes à poser ». « Je veux porter plainte à certains niveaux ! », a-t-il lancé, sûr de lui, avant d'être stoppé par la juge.

« Je peux quitter maintenant ? Il n'y a pas de crosse ? », a-t-il demandé, sceptique. « Je veux avoir une copie de tous les enregistrements qu'il y a eu depuis que... », a-t-il ajouté, avant d'être de nouveau interrompu sèchement par la juge.

CONDITIONS À RESPECTER

Parmi la vingtaine de conditions qu'Alexandre Louis Fallara devra respecter, plusieurs portent sur le terrorisme et la fabrication d'explosifs. Ainsi, il s'est vu interdire « d'accéder, de consulter ou de posséder tout matériel terroriste, ou tout matériel qui promeut la violence ou qui permet d'acquérir ou de confectionner des armes, des munitions et des matières explosives ». En plus de ne pas pouvoir posséder d'arme à feu, il n'a pas le droit de posséder du matériel « permettant la construction d'engins explosifs ».

Il lui est aussi interdit d'accéder à l'internet, d'avoir un téléphone intelligent, d'avoir un sac lors d'un rassemblement dans un lieu public et de se trouver à moins de 200 mètres du parlement du Canada ou de l'hôtel du Parlement à Québec. La Cour lui interdit en outre de parler avec Stéphane Dufresne, un ami. Joint hier par La Presse sur Facebook, ce dernier a refusé de répondre à nos questions.

À noter qu'Alexandre Louis Fallara n'a pas antécédents criminels.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer