Le couple Shafia poursuivi par un de ses avocats pour honoraires impayés

Mohammad Shafia et Tooba Yahya... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Mohammad Shafia et Tooba Yahya

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paola Loriggio
La Presse Canadienne

Mohammad Shafia et sa femme Tooba Yahya, condamnés pour avoir assassiné leurs trois filles adolescentes et une autre membre de la famille, sont poursuivis par l'ancien avocat de Mme Yahya, qui réclame près de 135 000 $ en honoraires impayés.

Dans sa réclamation, l'avocat John David Crowe allègue que les deux Montréalais d'origine afghane «ont omis, refusé ou négligé d'effectuer un quelconque paiement» afin de régler les frais juridiques à la fin de leur procès, mis à part un chèque remis peu après leur condamnation, il y a cinq ans.

L'avocat affirme que Mohammad Shafia avait accepté de payer les honoraires encourus par sa femme et qu'il avait précédemment fait quelques paiements par chèque.

Dans un exposé de la défense, M. Shafia réplique qu'aucun arrangement n'a été conclu avec l'avocat et affirme que les frais pour la défense de Mme Yahya ont été payés avec un chèque de 20 000 $ remis en février 2012.

La cause est entendue cette semaine par un tribunal de Kingston, en Ontario.

En 2012, l'homme et la femme ont été reconnus coupables de quatre accusations de meurtre prémédité pour la mort de leurs filles Zainab, 19 ans, Sahar, 17 ans, et Geeti, 13 ans, ainsi que celle de la première femme de M. Shafia, Rona Amir Mohammad, 52 ans. Les quatre corps avaient été retrouvés dans une voiture au fond du canal Rideau, à Kingston, en juin 2009.

Leur fils aîné, Hamed, a lui aussi été condamné dans le même dossier, mais n'est pas visé par la plainte de l'avocat.

En plus des frais juridiques, Me Crowe réclame près de 9000 $ en intérêts. Dans sa réclamation, il précise qu'en vertu de l'entente avec M. Shafia, les factures devaient être payées à la réception et des frais d'intérêt de cinq pour cent annuellement devaient s'appliquer après 30 jours.

Mohammad Shafia, Tooba Yahya et Hamed Shafia sont détenus depuis leur arrestation le 22 juillet 2009 et devront passer 25 ans derrière les barreaux à partir de cette date avant de demander une libération sous caution.

Ils avaient demandé la tenue d'un nouveau procès l'an dernier, mais le plus haut tribunal de l'Ontario a rejeté leur requête, estimant entre autres que les témoignages d'experts sur les crimes d'honneur avaient été admis correctement au procès et que Hamed Shafia avait été jugé comme un adulte tel qu'il devait l'être.

Durant le procès, la Couronne avait fait valoir qu'il s'agissait d'un «crime d'honneur» et que les trois adolescentes avaient été tuées parce qu'elles avaient «entaché l'honneur» de la famille en sortant avec des garçons et en adoptant un style de vie occidental. Rona Amir Mohammad aurait simplement été éliminée au passage.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer