Les propriétaires de Cannabis Culture libérés sous caution à Toronto

Marc et Jodie Emery... (PHOTO Paul Chiasson, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Marc et Jodie Emery

PHOTO Paul Chiasson, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
TORONTO

Les militants bien connus en faveur de la légalisation de la marijuana Marc et Jodie Emery ont été libérés sous caution, vendredi, après qu'ils eurent été arrêtés à Toronto.

La police de Toronto allègue par ailleurs que le couple, avec sa bannière Cannabis Culture, a des liens avec un réseau impliquant d'importants trafiquants de drogue.

Ceux qui se proclament «prince» et «princesse du pot» avaient été arrêtés dans la soirée de mercredi à l'Aéroport international Pearson. Jeudi, ils avaient été accusés de multiples délits liés à la drogue.

Marc Emery fait face à 15 chefs d'accusation, notamment de complot pour commettre un acte criminel, de possession et de trafic de drogue, ainsi que de possession de produits de la criminalité; sa conjointe Jodie Emery est accusée de cinq chefs similaires.

Les Emery sont propriétaires de la bannière Cannabis Culture, utilisée par une chaîne de 19 boutiques qui se sont établies depuis quelques mois en Colombie-Britannique, en Ontario et au Québec.

La police de Toronro a saisi l'équivalent de 250 000$ sous forme de différentes devises après avoir fouillé sept magasins Cannabis Culture et plusieurs résidences. Plus de 65 kilogrammes de marijuana et 2,4 kilogrammes d'extraits de cannabis ont également été saisis, de même que plusieurs accessoires liés à la consommation de drogue.

L'inspecteur Steve Watts a affirmé que les commerces de Cannabis Culture ne peuvent qu'être approvisionnés par des «sources illégitimes» souvent liées au crime organisé, faisant allusion a l'importante quantité de marijuana vendue.

Un porte-parole de la police de Toronto, Mark Pugash, a indiqué que sept propriétés de Cannabis Culture ont été fouillées jeudi - cinq à Toronto, une à Hamilton, une à Vancouver -, de même que deux résidences situées à Toronto, une dans la municipalité ontarienne de Stoney Creek et une autre à Vancouver.

Le couple a comparu vendredi après-midi devant un tribunal de Toronto. Ils se sont vu accorder une libération sous caution moyennant plusieurs conditions. Parmi celles-ci figurent l'interdiction de posséder de la marijuana et d'en consommer ainsi que l'interdiction de se rendre dans tout magasin Cannabis Culture ou tout autre dispensaire. La possession d'autres drogues leur est par ailleurs proscrite à moins qu'une ordonnance médicale ne l'autorise.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer