Une adolescente retrouvée sans vie à Laval

Une jeune fille de 14 ans a été... (Olivier Pontbriand, La Presse)

Agrandir

Une jeune fille de 14 ans a été retrouvée morte derrière son école secondaire à Laval.

Olivier Pontbriand, La Presse

« Je n'aurais jamais pensé qu'un de mes petits-enfants partirait avant moi. » Au bout du fil, le grand-père d'Athena Gervais peine à trouver les mots pour exprimer sa douleur. Sa petite-fille de 14 ans a été retrouvée sans vie, jeudi, gisant dans un ruisseau derrière son école secondaire de Laval.

Athena Gervais... (PHOTO FOURNIE PAR LE SERVICE DE POLICE DE LAVAL) - image 1.0

Agrandir

Athena Gervais

PHOTO FOURNIE PAR LE SERVICE DE POLICE DE LAVAL

« C'est très difficile. C'était une bonne petite fille. Je n'ai jamais vu une enfant aussi enjouée et chaleureuse », a poursuivi l'homme qui habite au Saguenay-Lac-Saint-Jean. C'est le choc et l'incompréhension totale, a-t-il confié à La Presse, en fin de soirée. « En attendant d'en savoir un peu plus, on n'a pas grand-chose à dire de plus. »

Athena Gervais n'est jamais rentrée de l'école lundi. Sa mère a signalé sa disparition au Service de police de Laval (SPL) en soirée, le même jour. 

« C'était vraiment traité comme une disparition, on avait affaire à une jeune fille qui n'avait pas d'antécédents de fugue, elle n'avait pas de mauvaises fréquentations », a dit Geneviève Major, du Service de police de Laval.

Vendredi matin, la police de Laval a confirmé qu'à la suite des vérifications préliminaires sur le terrain, la cause la plus probable du décès serait un triste accident. « Mais c'est sûr que les autres possibilités ne sont pas écartées », affirme Stéphanie Beshara, porte-parole du corps policier. 

Ce sont les pompiers de Laval qui ont fait la triste découverte vers 16 h 30, alors qu'ils passaient au peigne fin un ruisseau peu profond qui longe la cour extérieure de l'établissement scolaire, derrière une clôture.

« Il faut comprendre que le corps n'était pas visible du bord de l'eau. Les environs avaient été fouillés par les patrouilleurs et les maîtres-chiens. Les lieux avaient aussi été survolés en hélicoptère », a ajouté Mme Major. « Elle était complètement sous l'eau et à l'endroit où on l'a trouvée, il y avait comme un creux. » Une autopsie sera pratiquée au cours des prochaines heures.

MYSTÉRIEUSE DISPARITION

« Il n'y avait pas encore de thèse envisagée pour expliquer sa disparition », a affirmé la police de Laval, qui poursuit son enquête. La thèse de la fugue n'était pas écartée par les autorités, mais n'était pas non plus privilégiée. Athena Gervais a été vue pour la dernière fois lundi midi. Elle aurait quitté son école vêtue de son uniforme scolaire, sans prendre son manteau d'hiver.

Elle n'a pas non plus été « active » sur les réseaux sociaux après son départ. Un poste de commandement a rapidement été érigé près de l'école secondaire Poly-Jeunesse du secteur Fabreville à Laval pour recueillir les informations d'amis de l'adolescente. « On n'avait aucune nouvelle d'elle. On n'arrivait pas à la retracer », a indiqué Mme Major.

DEUIL DIFFICILE

Sur les réseaux sociaux, des adolescents qui fréquentent l'école Poly-Jeunesse publiaient des messages à la mémoire de la jeune fille. « Une personne si généreuse et attachante... Une fille qui aura été mon amie... Je n'y crois toujours pas », écrivait une élève. « Paix à ton âme belle princesse », ajoutait une autre.

Deux mamans ont spontanément pris la direction de l'école secondaire en soirée après avoir appris la nouvelle. « Nous avons acheté un lis blanc, on voulait le déposer ici. C'est tellement triste. Ma fille fréquente cette école, et même si elle ne la connaissait pas, elle n'a pas envie de venir en classe [aujourd'hui] », a raconté l'une d'elles.

CELLULE DE CRISE

La Commission scolaire de Laval a confirmé à La Presse qu'elle déploierait aujourd'hui sa cellule de crise pour venir en aide aux quelque 1500 élèves de l'école Poly-Jeunesse, qui accueille des élèves de première et deuxième secondaire. « L'enjeu, c'est que nous sommes à la veille de la semaine de relâche », a indiqué le directeur des communications, Jean-Pierre Archambault.

« Nos équipes de professionnels seront mobilisées, nous travaillons en collaboration avec le réseau de la santé. Les élèves avec des besoins particuliers seront identifiés », a-t-il assuré. « L'école, la communauté de Poly-Jeunesse, on espérait la retrouver en vie. [Aujourd'hui], ce sera une journée particulière. C'est important que les jeunes soient là pour qu'ils puissent s'exprimer, verbaliser. »

L'école Poly-Jeunesse et la Commission scolaire de Laval offraient d'ailleurs leur « pleine collaboration » aux autorités depuis la disparition de l'adolescente.

- Avec la collaboration de Vincent Larouche




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer