Exclusif

Montréalais soupçonné de terrorisme: «Ils ont tout fait pour me radicaliser»

Wassim Boughadou fait partie d'un groupe de jeunes Québécois... (Photo fournie par Wassim Boughadou)

Agrandir

Wassim Boughadou fait partie d'un groupe de jeunes Québécois qui, selon des documents judiciaires dont La Presse a déjà fait état, est soupçonné d'être mêlé à la prise d'otages de deux journalistes américains orchestrée par un groupe lié à Al-Qaïda en Syrie en 2013.

Photo fournie par Wassim Boughadou

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dans une entrevue exclusive, un Montréalais soupçonné de terrorisme raconte pourquoi il a quitté le Canada, un pays qui l'a « aliéné », et comment il s'est promené avec des armes dans sa voiture durant des mois sans être dérangé par les autorités.

Ismaël Habib, Montréalais accusé de terrorisme, est le... (Photo tirée du compte Facebook d’Ismaël Habib) - image 1.0

Agrandir

Ismaël Habib, Montréalais accusé de terrorisme, est le beau frère de Wassim Boughadou

Photo tirée du compte Facebook d’Ismaël Habib

« J'avais trois armes dans ma voiture. J'aurais pu faire n'importe quoi. »

Wassim Boughadou est né à Montréal. Il a grandi dans le quartier Côte-des-Neiges et a fait son secondaire à Outremont. Il a l'accent québécois. Il lui arrive même d'échapper quelques sacres. Et de son propre aveu, il déteste le Canada.

Wassim, 25 ans, est soupçonné d'actes terroristes. Il fait partie d'un groupe de jeunes Québécois qui, selon des documents judiciaires dont La Presse a déjà fait état, est soupçonné d'être mêlé à la prise d'otages de deux journalistes américains orchestrée par un groupe lié à Al-Qaïda en Syrie en 2013. 

Le domicile de ses parents dans l'ouest de la ville a été perquisitionné en 2015 dans le cadre de l'enquête policière menée dans ce dossier.

Son ombre plane aussi sur le procès pour terrorisme du Montréalais Ismaël Habib, qui a débuté en novembre 2016 et qui reprend lundi. L'accusé et Wassim Boughadou sont beaux-frères. Selon ce que Habib a confié à un agent d'infiltration de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) qui enquêtait sur lui avant son arrestation, les deux hommes ont passé plusieurs mois en Syrie en 2013 ; ils ont, selon Habib, combattu au sein de différents groupes armés et auraient torturé un prisonnier de guerre en le fouettant avec une corde. Une vidéo de cet événement a été présentée au procès.

Vidéo présentée au procès d'Ismaël Habib

À toutes ces allégations, Wassim ne répond qu'une chose : « Dis que je nie tout, pour moi et pour les autres aussi. »

Aujourd'hui établi en Turquie, c'est lui qui a pris contact avec La Presse il y a quelques mois, après la publication d'un article le concernant. Il souhaitait corriger certains faits, disait-il. Au terme de plusieurs discussions, il a accepté de nous accorder une entrevue. Pas au sujet de ce qu'il a fait (ou n'a pas fait) depuis son départ du Canada en 2012 - « ça, je ne peux pas » -, mais sur la radicalisation, sur sa vision de la religion, sur comment il s'est promené avec des armes légales dans sa voiture durant des mois alors qu'il faisait l'objet d'une enquête de la GRC et sur les raisons qui l'ont poussé à tout abandonner pour partir secrètement, au beau milieu de la nuit.

PARTI EN PLEINE NUIT

Octobre 2012. Wassim Boughadou disparaît. Il se sait surveillé. Il n'en peut plus de la GRC, dit-il. « Je me suis dit que je n'avais plus rien à perdre. »

Voici l'histoire qu'il nous raconte : il part durant la nuit. Dans son logement, il laisse tout allumé. Il ne prend pas sa voiture et sort par la porte arrière. Il prend un taxi jusqu'au terminus, puis un bus vers Halifax, seule ville d'où il peut partir. « Parce que j'étais sur la "no fly list" américaine », croit-il. De là, il s'envole vers l'Allemagne, présentant à l'aéroport d'Halifax son passeport algérien et, en Allemagne, son passeport canadien afin de pouvoir entrer en territoire européen. Il prend ensuite le chemin de la Turquie.

Depuis plusieurs mois déjà, à Montréal, la police l'a à l'oeil.

L'homme, qui a 21 ans à l'époque, s'entraîne au maniement des armes à feu dans un champ de tir en banlieue de la métropole, avec un groupe de jeunes musulmans.

Wassim indique avoir rencontré les autres jeunes à l'époque où il étudiait au Collège de Maisonneuve, une école fréquentée depuis par plusieurs autres Montréalais qui ont quitté le Canada pour faire le djihad. 

Certains autres membres de son groupe fréquentaient le cégep en même temps que lui. Les autres sont des amis d'amis.

Rapidement, le groupe attire l'attention de la police par ses idées jugées radicales et un comportement qui inquiète. C'est le propriétaire du champ de tir qui lève un drapeau rouge.

« [Les policiers] m'ont vu comme étant un fournisseur d'entraînement à des gens qu'ils n'aimaient pas », croit Wassim Boughadou.

Il précise : « Je n'ai pas commencé à m'entraîner avec le but de partir. J'ai un intérêt pour les armes et pour les arts martiaux depuis que je suis jeune. Dans l'islam, t'es censé pouvoir défendre ta famille. [NDLR Il s'agit de son interprétation de la religion.] On doit savoir utiliser les armes. Au début, tirer, c'était un hobby. C'est juste après que ç'a changé. »

À l'époque, l'homme possède trois armes à feu, acquises légalement, précise-t-il. « Si j'avais voulu, j'aurais pu faire des conneries, dit-il. Mais mon but n'est pas de faire du mal au Canada ou à des innocents. Si j'étais si méchant que ça, pourquoi [la GRC] me laissait avoir des armes ? Pourquoi est-ce qu'ils m'ont donné un permis ? »

Il affirme que ses armes sont saisies en cours d'année. Pour Wassim, c'est la goutte qui fait déborder un vase déjà bien rempli de frustrations et de ressentiment contre le Québec et le Canada. « Si tu sors du cadre, ils t'enlèvent tes armes. Ils te perquisitionnent. Ils ont tout fait pour me radicaliser. Ils ont tout fait pour me rendre fou. »

Il ajoute : « Si t'es musulman, t'as pas le droit d'exister. Surtout si tu as une vision politique de l'islam qu'ils n'aiment pas. Si tu veux aller aider quelqu'un qui est opprimé, tu n'as pas le droit. Quand on t'oppresse, tu dois te défendre. On doit se battre pour défendre l'islam », dit-il, ajoutant, sans expliquer exactement à quoi il fait référence, qu'à l'époque, il « voyait qu'il fallait trouver une solution militaire ».

C'est dans ce contexte qu'il est parti.

« ON SE SENT PAS CHEZ NOUS »

Les parents de Wassim, des immigrants algériens, ne sont pas particulièrement religieux, dit-il. Lui s'est tourné vers la religion vers l'âge de 18 ans, notamment parce qu'il dit ne pas avoir trouvé sa place dans la société québécoise. 

« J'ai grandi dans Côte-des-Neiges et après dans Outremont, et les gens étaient toujours en train de m'emmerder. Ils me disaient de retourner dans mon pays. Ils me demandaient si je parlais français. Je suis né à Montréal. Où est-ce qu'ils voulaient que je retourne ? Avec des histoires comme ça, j'ai commencé à détester tout le pays. »

Le jeune homme raconte s'être souvent senti traité comme un citoyen de deuxième classe. « On se sent pas chez nous. T'as pas les mêmes chances. T'es pas traité de la même façon tant que t'es pas comme eux, dit-il. Tu vas voir les Québécois et ils te rejettent. J'ai dit OK, je vais revenir à mes origines. »

« Je le dis sans vouloir insulter, mais les anglophones sont plus gentils avec nous. » Il raconte avoir été marqué, adolescent, par « l'affaire Hérouxville » en 2007, alors que le conseil municipal du village de la Mauricie avait adopté un code de conduite pour les immigrants, et par les accommodements raisonnables. Il a suivi le débat entourant la charte des valeurs à distance, en 2014.

« C'est juste au Québec que ça arrive. Ça confirme ce que je pense. Je ne sais pas si je serais parti si j'avais grandi dans une autre province. »

Se considère-t-il comme un radical ? « Pourquoi est-ce qu'un juif qui va se battre pour son peuple n'est pas vu comme radical ? Ça n'a pas de sens. Selon la définition du gouvernement canadien, oui, je suis radical. Je ne mentirai pas. Mais à mes yeux, je ne suis pas radical. Je ne suis pas extrémiste. Pour moi, être radicalisé, c'est quand t'es tellement obtus dans tes opinions que tu n'acceptes rien d'autre. Je ne suis pas comme ça. »

Il affirme qu'il soutiendrait n'importe quel État où la loi islamique est appliquée, mais qu'il est contre le groupe armé État islamique. « Ils sont hors de l'islam. Ils sont devenus fous. »

Jamais il ne reviendra au Canada, dit-il.

Des membres du groupe soupçonné dans l'affaire de la prise d'otages, aucun n'a été arrêté, mais l'enquête se poursuit.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer