Disparitions à Calgary: les citoyens volontaires cessent leurs recherches

Des enquêteurs de la police fouillent des champs... (Photo Jeff McIntosh, archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Des enquêteurs de la police fouillent des champs au nord d'Airdrie.

Photo Jeff McIntosh, archives La Presse Canadienne

La Presse Canadienne
AIRDRIE

Les organisateurs des recherches menées par des citoyens pour retrouver un garçon de cinq ans et ses grands-parents disparus depuis la fin du mois de juin à Calgary ont annoncé la fin de leurs efforts, jeudi, la police ayant affirmé qu'elle n'avait plus besoin de leur aide.

L'un des organisateurs, Matt Forseth, avait précédemment déclaré que les recherches civiles se poursuivraient jusqu'à ce que les enquêteurs demandent au groupe d'arrêter, après que celui-ci eut fait l'objet de critiques sur les réseaux sociaux. Certains internautes ont estimé que les volontaires ne cherchaient qu'à se faire de la publicité dans les médias et sur Facebook.

Jeudi après-midi, la police de Calgary a diffusé un communiqué de presse dans lequel elle remercie les volontaires pour leurs efforts, mais affirme que l'assistance du public dans les recherches menées dans les lieux publics n'est pas nécessaire. M. Forseth a indiqué que son groupe respecterait la demande des autorités policières et cesserait ses recherches.

Les volontaires inspectaient les régions rurales autour d'Airdrie, au nord de Calgary, à la recherche d'indices permettant de retrouver Alvin et Kathy Liknes et leur petit-fils, Nathan O'Brien.

Douglas Garland, un homme qui vivait sur une terre près d'Airdrie, a été formellement accusé de trois meurtres, mais les corps n'ont toujours pas été retrouvés.

Dans son communiqué, la police affirme mener ses recherches selon un plan précis établi en fonction des renseignements obtenus. Les autorités précisent que ce plan ne peut être rendu public «afin de protéger l'intégrité de l'enquête». La police demande toutefois aux propriétaires de maisons et d'entreprises d'inspecter leur propriété pour voir si quelque chose de suspect pourrait s'y trouver.

«À ce stade, nous n'avons pas besoin de l'assistance du public pour les recherches sur les propriétés publiques, mais nous apprécions le déferlement d'appuis de la communauté», affirme le communiqué.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer