La libération d'un Rouge influent suscite des craintes

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Renaud
La Presse

La libération mardi d'un influent membre des Rouges qui se décrit lui-même comme un individu qui «impose le respect, connaît beaucoup de monde et a une certaine influence» suscite de vives appréhensions dans les milieux policier et criminel.

Arsène Mompoint, 40 ans, alias BM pour «Big Mouth», a été reconnu coupable de l'enlèvement en 2008 d'un jeune du quartier Hochelaga-Maisonneuve pour une dette de stupéfiants. Même s'il a qualifié le témoignage de l'accusé de «peu transparent, évasif et contradictoire», le juge Louis A. Legault de la Cour du Québec a conclu que Mompoint avait joué un rôle important dans la libération de l'otage, et l'a acquitté de tous les autres chefs et condamné à une peine de 17 mois de prison qui représente la durée de sa détention préventive calculée en double.

Mompoint, qui enchaîne depuis le début de sa longue carrière criminelle les délits de vol qualifié, séquestration, possession d'armes et autres, était en prison au cours des trois dernières années et demie. Son retour dans la rue, alors que l'organigramme des gangs de rue a passablement changé, fait craindre des remous.

La prise d'otage de 2008 pour laquelle Mompoint vient d'être condamné s'était déroulée dans la maison de Harry Mytil, un membre influent des Rouges assassiné à Laval en avril 2013. Durant son témoignage dans la présente cause, Mompoint a admis que Mytil était un ami d'enfance, mais des sources ont confié à La Presse que le défunt a également été un membre de son ancienne cellule. La police considérait Mytil comme le chef d'un gang de rue d'allégeance rouge appelé les Unit 44, dont plusieurs autres membres sont en attente de procès pour les meurtres de Gaétan Gosselin et Vincenzo Scuderi, hommes de confiance des chefs de clan de la mafia Raynald Desjardins et Giuseppe De Vito, assassinés dans la foulée du retour du parrain Vito Rizzuto durant l'hiver 2013. Des sources avaient indiqué que Mytil aurait pu être accusé de ces meurtres s'il n'avait pas lui-même été tué.

Même s'il est un Rouge, Mompoint, qui est surtout établi dans les secteurs Saint-Léonard et Rivière-des-Prairies, fait un peu bande à part des autres Rouges qui, eux, sont davantage présents dans Montréal-Nord. Il serait également en mauvais termes avec d'importants chefs de gang qui ont pris du galon ces dernières années.

Enlèvement 101

Fait à noter, durant son témoignage sur la séquestration de 2008, Arsène Mompoint a pratiquement donné un cours d'enlèvement 101. Il a notamment déploré le fait que l'instigateur du complot s'en soit pris à un membre de la famille de la personne qui avait contracté la dette et qu'il ait exigé non seulement le remboursement de la créance de 20 000 $, mais 20 000 $ supplémentaires pour payer les ravisseurs. «Si tu as une dette à récupérer, il faut que tu les payes avec l'argent de la dette. On ne peut pas en demander plus que ce qui est demandé. Si tu fais le mal, fais-le bien. Si tu as un problème avec quelqu'un, tu ne t'attaques pas à sa famille ou autrui», avait expliqué Mompoint.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer