Saint-Jérôme: un contrat de 34 millions sous la loupe de l'UPAC

La firme de Tony Accurso, Simard Beaudry, avait... (Photo Édouard-Plante Fréchette, La Presse)

Agrandir

La firme de Tony Accurso, Simard Beaudry, avait remporté un volet de 21 millions de dollars des travaux de construction de l'usine de traitement des eaux de Saint-Jérôme à la suite d'un appel d'offres.

Photo Édouard-Plante Fréchette, La Presse

L'Unité permanente anticorruption (UPAC) enquête sur de possibles malversations autour d'un contrat de 34 millions de dollars qui avait permis de rénover l'usine de traitement des eaux de Saint-Jérôme grâce à des subventions fédérales et provinciales octroyées par les gouvernements Harper et Charest.

Le cabinet du ministre des Affaires municipales et député sortant de Jonquière, Sylvain Gaudreault, a confirmé les informations de La Presse à ce sujet hier. Il précise que le ministère a fourni divers documents à l'UPAC, à la demande des enquêteurs, dans ce dossier. Il a été impossible d'obtenir plus de commentaires à ce sujet.

Selon nos sources, les policiers sont venus au ministère une première fois le 19 décembre 2012 dans le cadre de cette enquête. Ils y sont retournés quelques semaines plus tard, le 30 janvier 2013, puis ont fait quelques suivis avec les fonctionnaires jusqu'au mois de mars 2013.

Selon nos informations, les policiers ont connu quelques difficultés dans leur enquête car des documents relatifs aux soumissions perdantes des concurrents ont été détruits depuis l'époque des appels d'offres.

Projet cher à l'administration du maire Marc Gascon au milieu des années 2000, les rénovations visaient la mise à niveau du système d'eau potable de Saint-Jérôme, qui ne répondait plus à la demande en raison du fort développement de la ville.

Pour aller de l'avant, la Ville avait besoin de subventions d'Ottawa et Québec. Elle évaluait le coût total des travaux à 34 millions.

Le 22 mai 2007, la ministre des Affaires municipales Nathalie Normandeau écrivait au maire Gascon pour lui annoncer que son projet était jugé admissible à une subvention du Fonds sur l'infrastructure municipale rurale (FIMR).

Le FIMR était cofinancé par Ottawa et Québec mais géré par le ministère des Affaires municipales au Québec. Les décisions prises à Québec engageaient donc aussi l'argent du gouvernement fédéral en matière de subventions. Pour l'usine de filtration de Saint-Jérôme, Québec a versé 3 millions à la municipalité et Ottawa 3 millions.

Les plans et devis du projet avaient été confiés au consortium Dessau-Soprin-Tecsult.

La firme de Tony Accurso, Simard Beaudry, avait remporté un volet de 21 millions des travaux de construction à la suite d'un appel d'offres. La firme Filtrum avait remporté un volet de 3,5 millions pour l'automatisation des systèmes. ABC Rive-Nord avait remporté un volet de 1,9 million pour la construction de conduites de distribution extérieures.

Les travaux à l'usine de filtration ont été menés à terme en décembre 2012. Jointe par La Presse, une porte-parole de l'UPAC a refusé de commenter ce dossier.




Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer