Laval: l'opposition réclame le départ du maire Vaillancourt

Giles Vaillancourt... (Photo: André Pichette, La Presse)

Agrandir

Giles Vaillancourt

Photo: André Pichette, La Presse

Partager

Les deux partis politiques de l'opposition à la mairie de Laval réagissent fortement aux nouvelles allégations de Lino Zambito et réclament, avec certaines nuances, le départ immédiat du maire Gilles Vaillancourt.

En fin d'après-midi, Radio-Canada a rapporté que l'ex-entrepreneur Lino Zambito, qui témoigne actuellement à la Commission Charbonneau, aurait versé 25 000$ en pot-de-vin à un employé de la firme de génie-conseil Gendron-Lefebvre, proche du maire de Laval.

Cette somme, selon M. Zambito, était destinée à Gilles Vaillancourt lui-même et aurait été versée à l'employé de la firme afin que son entreprise, Infrabec, puisse être payée pour ses «extras» dans le cadre d'un contrat public.

Lorsque joint par La Presse, M. Zambito a répondu qu'il ne pouvait ni affirmer, ni infirmer les informations divulguées par Radio-Canada.

«Je ne peux pas répondre à aucune question des journalistes en ce moment. Je suis sous serment. J'aimerais bien tout vous dire, mais je réserve ça à la commission», a expliqué M. Zambito.

Dans l'arène politique municipale de Laval, une guerre de tranchées se prépare. À quelques mois des prochaines élections municipales, les partis de l'opposition affirment que ces allégations n'ont rien de surprenant.

«On trouve ça vraiment terrible, toutes ces allégations», affirme le président fondateur du Mouvement lavallois, David De Cotis. «On n'est pas vraiment surpris, M. Vaillancourt est au pouvoir depuis longtemps. On demande à ce qu'il cède sa place pour le moment, afin qu'il y ait des enquêtes et que justice se fasse.»

Son de cloche similaire, mais encore plus sévère du côté du Parti au Service du Citoyen (PSC). Le candidat à la mairie, Robert Bordeleau, ne dérougit pas.

«Encore une fois, ce sont des allégations, mais il n'y a pas de feu sans fumée. J'espère que tout ça sera vérifié et qu'il y aura enquête et éventuellement, s'il le faut, des poursuites au criminel», croit M. Bordeleau.

«Je demande encore la démission du maire Vaillancourt. On a nous-mêmes copie des preuves de certaines malversations. Il ne peut plus diriger la ville», martèle le chef du PSC.

Lino Zambito... (La Presse) - image 2.0

Agrandir

Lino Zambito

La Presse

Le bureau du maire Vaillancourt nie tout

«Qu'il les sorte, leurs preuves! Mon dieu, si l'opposition a des preuves, qu'il nous les montre. C'est leur devoir de citoyen de le faire», affirme Johanne Bournival, attachée politique du maire Vaillancourt.

Pour l'instant, il n'est pas question que M. Vaillancourt démissionne ou cède sa place, indique-t-elle. Les positions affirmées lors du dernier point de presse du maire demeurent.

«M. Zambito sort de l'information, mais on ne sait pas nécessairement ça vient d'où? Cet homme a fait de la fraude et soudain, on lui accorde de l'importance? Pourquoi?», demande Mme Bournival.

«Le maire Vaillancourt nie catégoriquement les allégations», conclut-elle.

Plus tard en soirée, dans un communiqué, le bureau du maire Vaillancourt en a rajouté et a exigé que «Radio-Canada se rétracte dans les plus brefs délais».

Retour sur les allégations

Puisqu'il ne pas faire partie du «club sélect» des entreprises qui obtenaient des contrats publics de la Ville de Laval, M. Zambito affirme que le maire Vaillancourt lui serait venu en aide directement.

Infrabec voulait obtenir le contrat du prolongement du boulevard Cléroux, pour une somme de 2 millions $.

Dans une conversation téléphonique enregistrée quelques semaines avant le début des travaux de la Commission Charbonneau, obtenue par Radio-Canada, M. Zambito explique comment il a pu obtenir cet appel d'offres. Il affirme du même coup que l'ensemble du processus d'appels d'offres à Laval est truqué.

Gilles Vaillancourt lui aurait dit: «Ta job s'en vient. Les gars vont t'appeler.»

M. Zambito aurait réclamé 400 000$ d'extra et aurait versé un pot-de-vin à un employé de la firme de génie-conseil Gendron-Lefebvre, qui serait destinée au maire, afin d'être payé.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer