Attentat au Métropolis: Denis Blanchette est mort en héros

Denis Blanchette laisse notamment dans le deuil sa... (PHOTO TIRÉE DE FACEBOOK)

Agrandir

Denis Blanchette laisse notamment dans le deuil sa fille, Amy, 4 ans.

PHOTO TIRÉE DE FACEBOOK

Partager

Denis Blanchette est mort en héros. Le technicien de scène de 48 ans, père d'une fillette de 4 ans, aurait tenté d'empêcher le tueur d'entrer dans le Métropolis lorsqu'une balle l'a tué net. Son collègue de 27 ans, Dave Courage, a été grièvement blessé.

«Je connais bien mon chum. S'il a senti que du monde était en danger, c'est sûr qu'il a agi d'instinct. Il a foncé. Il a probablement pensé qu'il pouvait lui enlever son arme», raconte l'ami d'enfance et colocataire de longue date de la victime, Denis Bourgault.

Une enfant de 4 ans

L'homme nous a accordé une entrevue alors qu'il étaut en route pour l'Abitibi, où il allait chercher la fille de la victime, Amy, qui vient tout juste de célébrer son quatrième anniversaire et dont il est le parrain, pour la ramener auprès de la dépouille de son père. «Une fois par mois, Denis montait là-bas en autobus pour aller la chercher. Elle passait une semaine avec nous, raconte-t-il. Elle va le chercher toute sa vie.»

À la fois fier papa et grand-père par alliance de deux autres filles, Denis Blanchette a eu une vie parsemée d'embûches, selon son colocataire. Mais il allait bien, depuis quelque temps. Il travaillait fort, parfois 24 heures consécutives, avec toujours en tête le bien-être de son enfant. Sur une photo récente, on le voit la tête collée sur celle de la fillette aux cheveux blonds, la main posée sur son petit bras.

«Il a tout le temps été là pour tout le monde», affirme son beau-frère, Danny Dinelle, qui a participé à un rassemblement en compagnie de plusieurs membres de la famille endeuillée, mercredi soir, devant le Métropolis. «C'était un peu le papa de tous les enfants du quartier; il s'occupait de tous ceux qui étaient dans le besoin, a-t-il dit, la gorge nouée. On est une famille tissée très serré. On vient de perdre un gros morceau. Ça va être difficile de s'en remettre.» Des voisins de son quartier natal de Hochelaga-Maisonneuve, où il a vécu pratiquement toute sa vie, et des collègues techniciens sont aussi venus nombreux pour lui dire adieu.

Son ami Denis Bourgault ne sait trop quoi penser de Richard Henry Bain, qui serait l'auteur du crime.

«Il faut faire attention dans notre jugement de tout ça. Souvent, on dit que ces gens-là sont malades. Mais on a tous une conscience. Pour être parti d'où il est parti, il avait préparé quelque chose. Il aurait eu le temps d'en revenir, de son moment de folie. Il était malheureux, peut-être, mais il a rendu beaucoup de monde malheureux, il a décimé des familles. J'ai perdu un chum, un frère», rage M. Bourgault.

Il se désole aussi du peu de mesures de sécurité mises en place derrière le Métropolis alors que s'y déroulait un événement d'envergure.

«Elle était où, la sécurité, pour qu'il puisse aller dans la ruelle comme ça, mettre le feu et tirer sur le monde? On a sous-estimé le fait que le Québec n'est plus ce qu'il était. On a des fanatiques et des psychopathes. Il va falloir en prendre conscience et modifier notre façon préparer les gros événements», opine-t-il.

Denis Bourgault espère que celui qu'il considérait comme un frère ne sera pas mort en vain.

«Il a peut-être sauvé la première ministre. J'espère le gouvernement va mettre ses culottes et faire quelque chose pour ses enfants. Parce que, au-delà de la politique, il y a un humain qui est mort, et ça, c'est bien plus important», conclut-il.

Denis Blanchette, employé des Productions du Grand Bambou, sous-traitant de Spectra, travaillait depuis près de 24 heures consécutives lorsqu'il est mort. Il avait accepté de remplacer une collègue avant son quart de travail et venait d'arriver à la salle de spectacle de la rue Sainte-Catherine pour démonter la scène lorsque le drame s'est produit. Selon plusieurs témoins, il se serait rué sur le suspect pour l'empêcher d'entrer dans la salle où se trouvait Pauline Marois. Sa mort, instantanée selon les ambulanciers, a été constatée sur place. La balle qui l'a tué s'est ensuite logée dans la fesse de son jeune collègue.

Dave Courage, un fonceur

Ce dernier, au nom prédestiné de Dave Courage, aurait lui aussi tenté de s'interposer lorsqu'il a vu Richard Henry Bain, fusil à la main. Ses proches le décrivent comme un homme serviable et fonceur, qui est toujours le premier à vouloir aider. «C'est un vrai boute-en-train. Il met de la vie partout», dit une amie. Ses collègues ont confié qu'ils n'étaient pas surpris de son geste héroïque. «Il était du genre à s'interposer», a dit l'un d'eux. L'homme au physique solide, lui aussi technicien de scène aux Productions du Grand Bambou, est père d'un tout jeune garçon. Il est encore à l'Hôpital général de Montréal, où il a été opéré dans la nuit de mardi à mercredi.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer