Grenades assourdissantes: une vidéo soulève des questions

Policiers et étudiants se sont affrontés lors d'une... (Photo: André Pichette, La Presse)

Agrandir

Policiers et étudiants se sont affrontés lors d'une manifestation tenue devant l'édifice de Loto-Québec, mercredi dernier.

Photo: André Pichette, La Presse

Une vidéo circulant sur les réseaux sociaux soulève des questions quant à l'utilisation des grenades assourdissantes par les policiers de Montréal.

Alors que le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) soutient que les grenades assourdissantes sont conçues pour être projetées au-dessus d'une foule à disperser, une vidéo qui a émergé vendredi sur les réseaux sociaux semble indiquer qu'au moins l'une d'entre elles a éclaté au milieu de manifestants.

On y voit un policier lancer une grenade assourdissante (flash-bang) à travers une foule de manifestants, alors que ses collègues mènent une charge.

L'objet, projeté à mains nues par un agent, atterrit parmi les étudiants. Il semble exploser au milieu de la foule.

Mercredi, Francis Grenier a été grièvement blessé à l'oeil droit au cours d'une manifestation qui a tourné au vinaigre, au centre-ville de Montréal. Selon sa version des faits et celle des leaders étudiants, il aurait été atteint par les éclats d'une grenade assourdissante. Vendredi, le SPVM avait confirmé à La Presse que les grenades assourdissantes explosent normalement au-dessus de la foule que les policiers cherchent à disperser.

«On lance une grenade toujours au-dessus de la tête des manifestants, avait affirmé l'inspecteur-chef Alain Bourdages. Le but n'est jamais de blesser ou de lancer directement une grenade sur les manifestants. Nos policiers sont entraînés et formés.»

Vendredi, les policiers n'ont pas voulu faire de commentaire sur la vidéo. Le porte-parole Ian Lafrenière a seulement affirmé qu'elle était visionnée par les forces de l'ordre et ferait l'objet de «vérifications internes».

Émilie Joly, porte-parole d'un groupe d'étudiants en droit qui s'est donné pour mission de surveiller les interventions policières, soutient qu'il s'agit clairement d'une «force excessive». Selon elle, le fait de lancer la grenade assourdissante avec ses mains plutôt qu'à l'aide d'un lanceur augmente le risque de la voir atterrir dans la foule.

«Ce qu'on voit quand elle est lancée à la main, c'est qu'elle a tendance à exploser très bas, soit au niveau de la tête, soit au sol, a-t-elle fait valoir. C'est clairement, à notre avis, une pratique dangereuse.»

Il est impossible d'établir si c'est au cours de cet incident que le cégépien de Saint-Jérôme a été blessé. Mais «ce serait un événement comparable», selon Mme Joly.

Qu'est-ce qu'une grenade assourdissante?

Une grenade assourdissante est un projectile conçu pour exploser très bruyamment au-dessus d'une foule à disperser.

Selon Denis Roussel, responsable du programme de technique policière au Collège de Maisonneuve, l'engin est fait entièrement de carton, sans composantes métalliques. C'est pourquoi il dit avoir été «étonné» de la gravité de la blessure qu'a subie Francis Grenier. Selon lui, l'explosion détruit normalement l'ensemble de la grenade, qui ne retombe donc pas sur le sol.

- Avec Pascale Breton




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer