Filature mortelle: le policier maintient que sa conduite était conforme à sa formation

Patrick Ouellet (à droite).... (Photo Martin Chamberland, Archives La Presse)

Agrandir

Patrick Ouellet (à droite).

Photo Martin Chamberland, Archives La Presse

L'agent Patrick Ouellet a maintenu dans son témoignage lundi qu'il avait conduit de manière conforme à sa formation d'agent fileur de la Sûreté du Québec lorsqu'il a heurté et tué Nicholas Thorne-Belance, 5 ans, à Longueuil le 14 février 2014.

M. Ouellet roulait entre 100 et 134 km/h dans les secondes qui ont précédé la collision peu avant huit heures du matin sur le boulevard Gaétan-Boucher, dans une zone résidentielle où la limite était de 50 km/h.

Il ne répondait pas à un appel d'urgence, mais tentait de rattraper un collègue qui avait entrepris la filature aux fins de renseignements d'un ancien directeur du Parti libéral du Québec, dans le cadre d'une enquête de l'Unité permanente anticorruption.

Il a fait valoir qu'il n'y avait pratiquement aucun piéton ou autre voiture sur ce tronçon en ligne droite et qu'il se devait de saisir cette occasion d'accélérer et ainsi rattraper le temps perdu pour aller prêter main-forte à son supérieur. 

Selon une politique de la SQ, les agents fileurs peuvent contrevenir au Code de la sécurité routière dans certaines circonstances, notamment lors de situations pressantes ou urgentes. Ils doivent le faire en tenant compte des circonstances et de la nature de l'enquête, précise cette politique.

L'accusé, qui avait 29 ans au moment du drame, a affirmé que cette politique n'avait jamais été portée à son attention ni durant sa formation ni dans les années qui ont suivi.

Comme d'autres témoins avant lui, il a souligné qu'il s'agissait néanmoins d'une situation pressante, à défaut d'être urgente. Les agents seuls risquent de faire avorter la filature en se faisant repérer ou en perdant le sujet. Il a ajouté qu'il a tenu compte de son environnement en accélérant de la sorte.

Il a affirmé qu'il n'y avait aucune voiture devant ou autour de lui, et qu'il s'est rangé sur la voie de droite, la plus proche du terre-plein afin de réduire le risque d'accidents (chaque direction compte deux voies et une voie d'accotement à cette hauteur sur Gaétan-Boucher).

Filant à vive allure, il a vu arriver une petite voiture grise à l'intersection de la rue Davis, alors qu'il roulait en sens inverse et se trouvait à une distance qu'il a évaluée à une centaine de mètres.

La lumière était verte pour lui et la voiture grise n'avait pas mis de feu clignotant, a affirmé M. Ouellet lundi. Il a déclaré que la Kia était légèrement inclinée vers l'avant, comme si elle s'apprêtait à tourner. Il a aussitôt commencé à ralentir, sachant, dit-il, que si elle amorçait un virage devant lui, il n'aurait pas le temps de freiner.

C'est précisément ce que la Kia a fait, s'engageant dans la voie inverse pour amorcer son virage à gauche vers la rue Davis avec, à bord, un père et ses deux enfants qui allait reconduire à l'école et à la garderie. 

L'agent Ouellet a indiqué que la voiture s'était presque avancée au ralenti - un peu comme si le conducteur avait figé, a-t-il expliqué.

La Toyota Camry banalisée qu'il conduisait sans sirène ni gyrophare a frappé la portière arrière droite de la Kia grise, là où l'enfant de cinq ans était assis dans son siège d'appoint.

Après avoir pris quelques secondes pour reprendre ses esprits, il s'est approché de l'autre voiture, immobilisée sur le terrain d'une résidence. L'enfant de cinq ans gisait inconscient.

Il a alors appelé le 911. Dans l'enregistrement de l'appel diffusé à la cour lundi, on l'entend lancer: « Ça se peut pas ».  Ayant vu les deux enfants blessés, « c'est un cauchemar pour moi », a-t-il expliqué au juge.

Il décrit la scène durant l'appel d'urgence et précise que la voiture « m'a coupé dans la face à l'intersection ».

Lorsque le préposé lui demande si les occupants du véhicule ont leur carte d'assurance-maladie, il répond que les choses risquent d'être plus compliquées : il va y avoir un petit enfant en arrière qui va être mort d'après moi, lance le policier. 

Patrick Ouellet a été en congé de travail pendant six mois pour cause de choc post-traumatique après l'accident. Il a ensuite été muté aux enquêtes sur la contrebande. Il a été suspendu de la SQ lorsque des accusations ont finalement été déposées l'année suivante. 

Lui-même père de deux enfants, il a versé quelques larmes durant son témoignage.

Le Directeur des poursuites criminelles et pénales avait refusé au départ de déposer des accusations contre lui au motif que c'était la conduite du père de Nicholas Thorne-Belance qui était à l'origine de l'accident. Devant la grogne populaire, un groupe d'experts mandaté par la ministre de la Justice Stéphanie Vallée avait recommandé de déposer une accusation de conduite dangereuse ayant causé la mort contre le policier.

Le juge devra décider si l'accusé a conduit d'une façon dangereuse pour le public; s'il s'agissait d'un écart marqué par rapport à la norme de conduite d'un policier diligent dans les mêmes circonstances; et si cette conduite a causé la mort.

Le père de la victime ne témoignera pas en raison de son état de santé, ont expliqué les avocats à la cour. Seul un enregistrement de son entretien avec des policiers quelques heures après le drame a été déposé en preuve. Il y affirmait qu'il croyait avoir le temps de passer malgré la voiture qui arrivait en sens inverse, et qu'il avait pensé qu'elle ralentirait pour lui permettre de faire son virage. Voyant qu'elle ne ralentissait pas, a-t-il déclaré, il a tenté d'accélérer, en vain.

Selon un témoin expert entendu la semaine dernière, la voiture banalisée du policier a continué à accélérer jusqu'à environ 2 secondes avant l'impact, atteignant une vitesse de 134 km/h. Elle roulait à 108 km/h lors de la collision. Patrick Ouellet a dit croire qu'il roulait plutôt entre 100 et 110 km/h. Il y a quelques jours, un collègue qui le suivait a évalué sa propre vitesse à environ 80 km/h, mais il a convenu qu'il n'avait pas regardé l'odomètre et qu'il était possible qu'il ait roulé plus rapidement.

« Pour vous, une vitesse de 134 km/h dans une zone de 50, c'est une vitesse appropriée? » lui a demandé la procureure de la Couronne, Geneviève Langlois, qui a rappelé à plusieurs reprises qu'une garderie et un arrêt d'autobus se trouvent non loin de l'intersection. L'accusé a martelé qu'il était en mode rattrapage et qu'il suivait les procédures qui lui ont été enseignées.

La défense a clos sa preuve avec ce témoignage. Les plaidoiries sont prévues pour mercredi matin.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer