Perfection Métal: le sort de Jean-Pierre Huot entre les mains de la juge

Jean-Pierre Huot a été reconnu coupable par un jury... (PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Jean-Pierre Huot a été reconnu coupable par un jury de possession et de fabrication d'armes prohibées à l'issue d'un procès de quelques semaines.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE

La Poursuite demande 10 ans de pénitencier, et la Défense cinq ans, pour Jean-Pierre Huot, propriétaire de l'usine Perfection Métal de Montréal, où ont été fabriquées en 2013 des armes automatiques létales que les responsables de la compagnie disaient être des pistolets de paintball.

La preuve démontre qu'une fois sortis de l'usine, des pistolets mitrailleurs de chez Perfection Métal ont été utilisés dans des meurtres, tentatives de meurtre et vols survenus ces dernières années dans la région de Montréal, au Québec et en Ontario. Le plus connu de ces événements est l'assassinat du chef de gang Ducarme Joseph commis en août 2014, dans l'est de Montréal.

M. Huot, 61 ans, a été reconnu coupable par un jury de possession et de fabrication d'armes prohibées à l'issue d'un procès de quelques semaines alors que son coaccusé, Pierre Larivière, 63 ans, a été acquitté.

Durant ses plaidoiries devant la juge France Charbonneau de la Cour Supérieure la semaine dernière, le procureur de la Poursuite, Me Philippe Vallières-Roland a fait valoir que M. Huot avait, de par son rôle de dirigeant de la compagnie, le contrôle sur la fabrication des armes, qu'il savait à quoi elles serviraient et qu'elles seraient vendues au crime organisé. Il a ajouté que son entreprise « s'était donné beaucoup de mal » pour en faire des armes fonctionnelles.

Me Vallières-Roland a rappelé plusieurs événements dans lesquels ces armes - des imitations de pistolets Tec-9 avec silencieux et chargeurs à haute capacité - ont été utilisées, notamment lors d'un tir à la volée sur la façade d'une maison de Laval dans laquelle une balle a ensuite été retrouvée fichée dans une table de chevet.

De son côté, l'avocat de M. Huot, Me Robert Bellefeuille, a tenté de démontrer que le coaccusé de son client, Pierre Larivière, a menti à la Cour, qu'il était très au fait de la fabrication de ces armes fonctionnelles et même « qu'il a initié le projet ».

Me Bellefeuille a ajouté que la fabrication des armes a été faite à l'insu de son client, que ce dernier a été insouciant et qu'il n'avait aucune idée de ce qui allait être fait avec les armes par la suite. La juge Charbonneau rendra sentence le 13 juillet. M. Huot est détenu depuis le verdict. 

Pour joindre Daniel Renaud, composez le 514 285-7000, poste 4918, écrivez à drenaud@lapresse.ca ou écrivez à l'adresse postale de La Presse.

Quelques événements dans lesquels ont été utilisés des Tec-9 fabriqués chez Perfection Métal

- 12 novembre 2013 à Montréal : Tentative de meurtre sur Giuseppe Di Arcangelo

- 22 avril 2014 à Richelieu : Tentative de meurtre sur Marcel Raymond

- 1 août 2014 à Montréal : Meurtre de Ducarme Joseph

- 11 février 2015 à Montréal : Meurtre de Mario Bourgeois

- 25 juin 2015 à Laval : Tentative de meurtre sur Bernard Cherfan

- 23 décembre 2015, à Laval : Vol dans une bijouterie du Carrefour Laval

- 1er août 2016, à Montréal : Tentative de meurtre contre Marco Pizzi

- 15 février 2017, à Montréal : Tentative de meurtre contre Réal Renaud




Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer