Leurre d'une fillette de 10 ans : un homme écope de huit mois de prison

Zakaria Tahi a plaidé coupable en juin dernier... (PHOTO ARCHIVES AP)

Agrandir

Zakaria Tahi a plaidé coupable en juin dernier aux accusations d'avoir leurré un enfant de moins de 16 ans et d'avoir rendu accessible à un enfant du matériel sexuellement explicite.

PHOTO ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un Montréalais de 22 ans qui a envoyé une photo de son membre viril à une fillette de 10 ans a écopé jeudi d'une peine de huit mois d'emprisonnement. Zakaria Tahi avait des discussions sexuellement explicites avec l'enfant sur les réseaux sociaux, sachant très bien qu'elle était mineure.

En échangeant avec l'enfant sur l'internet en février 2016, Zakaria Tahi a vite compris qu'elle n'était pas adulte. Mais cela ne l'a pas empêché de poursuivre leurs discussions par clavardage. Celles-ci se sont même intensifiées. L'homme alors âgé de 20 ans croyait toutefois que la victime était âgée de 13 ans.

Rapidement, leurs discussions sont devenues hautement sexuelles. L'enfant de 10 ans a envoyé à Zakaria Tahi des photos de ses organes sexuels et même une vidéo sexuellement explicite d'elle-même. En échange, Zakaria Tahi lui a transmis une photo en gros plan de son pénis.

Après quelques jours de discussions osées, le père de l'enfant a découvert le pot aux roses et a aussitôt porté plainte à la police. Zakaria Tahi a été arrêté en juin 2016. C'est à ce moment qu'il aurait appris que son interlocutrice était en fait une fillette et non une adolescente. L'âge de la victime, dont l'identité est protégée, ne change toutefois rien aux accusations dans ce dossier.

Zakaria Tahi a plaidé coupable en juin dernier aux accusations d'avoir leurré un enfant de moins de 16 ans et d'avoir rendu accessible à un enfant du matériel sexuellement explicite. La juge Geneviève Graton de la Cour du Québec lui a imposé jeudi une peine de huit mois d'emprisonnement, dont trois mois pour possession de crack. Son jeune âge, le fait qu'il a plaidé coupable et son absence d'antécédents criminels ont incité la juge à entériner la proposition commune des parties.

Vêtu d'un veston gris visiblement neuf, le grand gaillard a reçu une mise en garde de la juge Graton avant de se faire mettre les menottes aux poignets. « Vous êtes un jeune homme. C'est votre première peine d'emprisonnement. Vous allez être à l'heure des choix en prison. Assurez-vous de faire les bons choix. C'est votre avenir, vous avez l'avenir devant vous. Cette période-là va être importante », lui a-t-elle conseillé.

Les conclusions du rapport présentenciel de l'accusé n'« inspirent pas confiance » à la Couronne, notamment en raison de l'« immaturité » du jeune homme. Il est également « troublant » selon la juge que Zakaria Tahi ait tenté de contacter par internet une ex-petite amie alors que cela lui était interdit. Son risque de récidive est toutefois jugé faible par les experts. Il sera soumis à une probation de deux ans à sa sortie de prison. Il lui sera interdit de communiquer avec des mineurs de moins de 16 ans et d'aller sur l'internet, sauf exception.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer