Adil Charkaoui, un nom qui «revient souvent» à la GRC

Adil Charkaoui... (ARCHIVES PC)

Agrandir

Adil Charkaoui

ARCHIVES PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Gabrielle Duchaine
La Presse

Le nom du prédicateur Adil Charkaoui «revient souvent» dans les dossiers de sécurité nationale sur lesquels enquête la Gendarmerie royale du Canada (GRC).

C'est ce qu'a affirmé une analyste aux renseignements de la criminalité de l'Équipe intégrée à la sécurité nationale (EISN) du corps de police, vendredi, lors du procès pour terrorisme de Sabrine Djermane et d'El Mehdi Jamali, à Montréal.

La semaine dernière, l'analyste Geneviève Coulombe avait déclaré que la mosquée où prêche M. Charkaoui, le centre culturel islamique Assahaba, rue Bélanger à Montréal, «est un dénominateur commun de plusieurs dossiers» de l'EISN, mais elle n'était pas allée jusqu'à nommer le prédicateur.

Déjà, c'était la première fois qu'un membre de la GRC allait publiquement aussi loin au sujet de l'intérêt porté par la police à cette mosquée, dont La Presse a souvent parlé.

Vendredi, Mme Coulombe a fait un pas de plus en impliquant directement Adil Charkaoui, coordonnateur du Collectif québécois contre l'islamophobie, qui utilise le nom de Cheikh Abou Abd'Allah Charkaoui sur Facebook.

Questionnée par un des avocats de la défense sur la raison pour laquelle elle a retenu, dans son analyse des comptes Facebook des deux accusés, la publication d'un lien par El Mehdi Jamali annonçant un séminaire de M. Charkaoui au centre islamique, l'analyste a répondu que le nom du cheikh «revient souvent dans les dossiers».

C'est le nom de la mosquée mais aussi celui d'Adil Charkaoui qui ont attiré son attention dans le cadre de son analyse, a-t-elle affirmé.

Jusqu'à présent, les liens entre le prédicateur montréalais et plusieurs dossiers récents touchant la sécurité nationale avaient été démontrés par les médias, mais jamais officiellement confirmés par la GRC.

Mosquée fréquentée par un des accusés

Puisque le procès de Sabrine Djermane et d'El Mehdi Jamali se tient devant jury et que c'est dans ce cadre que Geneviève Coulombe a fait sa déclaration, il nous est interdit d'en dire plus sur les informations que nous avons déjà publiées sur M. Charkaoui et sa mosquée, mais qui n'ont pas encore été dévoilées aux jurés.

Il a toutefois déjà été établi au procès que M. Jamali fréquentait, avant son arrestation en avril 2015, la mosquée Assahaba où prêche M. Charkaoui.

Le dépliant d'une conférence de trois jours au centre Assahaba baptisée «Fuyez vers Allah» a été retrouvé chez lui et saisi par la police dans le cadre de perquisitions.

Le jeune accusé a aussi envoyé l'invitation à ce même évènement à des amis par son compte Facebook.

Dans d'autres échanges sur le réseau social présentés vendredi au jury, El Mehdi Jamali publie sur sa page un lien vers une vidéo annonçant un séminaire donné par le cheikh à la mosquée et intitulé «Biographie du dernier Prophète (séminaire hebdomadaire)».

Ailleurs, il invite directement un ami à participer à un évènement au centre islamique. «Ça sera bourré de jeunes», écrit-il.

Le procès reprend aujourd'hui.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer