Treize ans minimum derrière les barreaux pour un meurtrier

Amalan Thandapanithesigar... (Photo fournie par la police)

Agrandir

Amalan Thandapanithesigar

Photo fournie par la police

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Amalan Thandapanithesigar, cet homme jugé coupable le mois dernier d'avoir tué son voisin à coups de couteau en juin 2014, devra passer un minimum de 13 ans derrière les barreaux avant d'être éligible à une libération conditionnelle.

L'homme de 38 ans écope automatiquement la prison à vie, mais il revenait au juge de fixer la période qu'il devra obligatoirement purger en prison avant d'être admissible à une libération conditionnelle.

Le maximum prévu par la loi est de 25 ans et le minimum est de dix. La défense demandait le minimum et la couronne, 17 ans. Le tribunal a tranché entre les deux.

Thandapanithesigar a été déclaré coupable en mai par un jury du meurtre non prémédité d'un compatriote du Sri Lanka, réfugié comme lui, Jeyarason Manikarasa. L'accusé croyait que l'autre tournait autour de sa femme. Le soir du 23 juin 2014, il a poignardé M. Manikarasa dans une ruelle de Côte-des-Neiges, tout près de leurs domiciles respectifs. Le pathologiste a dénombré six blessures, dont trois dans le dos.

Selon le juge Jean-François Buffoni, l'accusé a placé l'honneur au-dessus de tout, même de la vie d'une autre personne. Un comportement «complètement incompatible avec les valeurs canadiennes». 

Le magistrat a évoqué plusieurs facteurs pour expliquer sa décision.

Parmi les facteurs aggravants:

- Le niveau d'organisation de Thandapanithesigar, qui a pris le temps d'emballer le couteau dans du papier et de le cacher sous ses vêtements avant d'attaquer sa victime.

- Le crime a eu lieu à côté d'où habitaient la femme et les trois enfants de la victime, qui risquaient ainsi de découvrir son corps.

- Le meurtre a eu lieu à côté d'un parc familial.

- L'attaque était «vicieuse et brutale» et elle était basée sur la vengeance.

- L'accusé a privé une femme et trois enfants de l'amour d'un mari et d'un père.

- La victime n'était pas armée.

Parmi les facteurs atténuants:

- Thandapanithesigar n'a pas de dossier criminel.

- C'est un homme travaillant qui a tout donné pour subvenir aux besoins de sa famille.

- Il n'a pas un passé violent.

- «Il n'est pas sans perspective de réhabilitation».




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer