Un cycliste accusé à tort par un policier au passé trouble

Alexis Deschamps (photo) dit avoir « perdu confiance en... (Photo Alain Roberge, La Presse)

Agrandir

Alexis Deschamps (photo) dit avoir « perdu confiance en la police » depuis sa mésaventure avec l'agent Stéphane Lemieux.

Photo Alain Roberge, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Accusé à tort de menaces de mort et d'agression armée à l'endroit d'un policier du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), un jeune cycliste a l'intention de poursuivre le corps policier.

Le policier du SPVM Stéphane Lemieux n'était pas... (photo tirée de facebook) - image 1.0

Agrandir

Le policier du SPVM Stéphane Lemieux n'était pas en service le jour des événements.

photo tirée de facebook

Après trois ans à vivre avec « une épée de Damoclès au-dessus de la tête », Alexis Deschamps a poussé un soupir de soulagement, hier, lorsque la poursuite a abandonné les accusations qui pesaient contre lui, au palais de justice de Montréal.

Le jeune homme de 22 ans - 19 ans au moment de son arrestation - clame son innocence depuis le début. Or, les trois dernières années ont changé à jamais sa vision des forces de l'ordre. « J'ai perdu confiance en la police », raconte le jeune technicien en génie civil.

L'histoire débute le 14 juin 2014. Ce jour-là, vers 16 h 30, Alexis Deschamps roule à vélo dans le quartier Ville-Émard. Il rentre chez lui après sa journée de travail. Selon sa version des faits, alors qu'il roule dans la rue Laurendeau, un automobiliste - qui recule dans une rue à sens unique - manque de lui rentrer dedans. Le cycliste tape sur le coffre arrière de la voiture pour l'avertir de sa présence, puis continue son chemin.

Un peu plus loin, le cycliste dit avoir entendu l'automobiliste « mettre le gaz au fond ». « J'arrivais à un stop. J'ai ralenti quand le même automobiliste m'a foncé dedans. Il m'avait suivi, raconte le cycliste. J'ai réussi à rester sur mes deux pieds, mais mon vélo est tombé sur le côté. »

Toujours selon le cycliste, l'automobiliste est sorti promptement de sa voiture pour foncer sur lui. « L'automobiliste voyait rouge. Il m'a pris par le collet. Je l'ai agrippé de la même façon pour me défendre, décrit le cycliste. Il ne voulait pas me lâcher. Il serrait de plus en plus fort. »

Le cycliste l'apprendra près de deux ans plus tard, mais l'automobiliste est un policier du SPVM - l'agent Stéphane Lemieux - qui n'était pas en service ce jour-là.

En fait, le policier de 44 ans avait été suspendu durant près de trois ans (33 mois) par son employeur, le temps d'être jugé pour une affaire de vol, de possession d'objets volés et de supposition de personne [vol ou détournement de l'identité d'une personne] remontant à 2011. En février 2014, il a plaidé coupable à l'accusation de supposition de personne. Le policier a reçu une absolution conditionnelle. Il a dû faire un don de 1000 $ à un organisme de charité.

En mai 2014, soit un mois avant l'incident avec le cycliste, il a dû faire face à son comité de discipline, qui l'a suspendu pendant 20 jours en vertu de la Loi sur la police pour la même affaire.

L'agent Lemieux était-il encore sous le coup de la suspension au moment de l'incident avec le cycliste ?

Alors que le policier témoignait sous serment au premier jour du procès du cycliste, le 17 février dernier, il a répondu ne pas s'en souvenir.

Car l'incident avec le cycliste s'est bel et bien rendu à procès avant que les accusations ne soient retirées, hier.

La Presse a joint le SPVM, mais celui-ci ne nous a pas précisé le statut de son policier au moment de l'altercation.

UNE EMPOIGNADE

Mais revenons d'abord au 14 juin 2014. Alors que l'agent Lemieux le tient par le collet, le cycliste reconnaît l'avoir traité de tous les noms, notamment d'« ostie de malade », et de l'avoir repoussé avec son bras pour qu'il le lâche. « Je ne l'ai jamais menacé de mort », assure cependant le cycliste.

« C'est là qu'il m'a dit qu'il allait appeler la police. Moi, j'étais d'accord parce que c'est lui qui venait de me frapper. » - Alexis Deschamps

Toutefois, comme la police a mis du temps à arriver, le cycliste a voulu partir. Sauf qu'un témoin de l'empoignade - qui n'avait pas vu la collision - l'a retenu de force sur les lieux.

Lorsque la police est finalement arrivée - trois voitures de patrouille, selon le cycliste -, le policier s'est dépêché d'aller vers ses confrères, raconte le cycliste. « J'ai expliqué ma version à une policière, puis deux autres agents sont arrivés, décrit le cycliste. Ils m'ont embarqué dans leur voiture de police sans me lire mes droits », déplore le jeune homme sans antécédents judiciaires.

Les policiers lui ont remis une citation à comparaître pour voies de fait, puis l'ont libéré. L'agent Lemieux a demandé - et obtenu - des policiers présents que ces derniers prennent sa déclaration chez lui. Dans cette déclaration, le policier affirme que le « suspect » lui a « tordu un doigt » - ce que nie le cycliste - et l'a menacé de lui « arracher la tête ».

Le lendemain de l'incident, un policier s'est présenté chez le cycliste pour lui remettre une seconde citation à comparaître - cette fois-ci avec des accusations plus graves de menaces de mort et d'agression armée.

Jusque-là, le cycliste ignorait que le plaignant était policier.

Après plusieurs reports de la cause, le procès a débuté le 17 février dernier. « Chaque fois que la cause était remise, je devais manquer du travail. J'étais stressé. Je n'en dormais pas pendant des jours », raconte le jeune homme.

Entre-temps, le cycliste a terminé sa technique en génie civil. « Avoir un casier judiciaire, ça aurait vraiment ruiné ma carrière », fait-il valoir.

VERSIONS CONTRADICTOIRES

Au premier jour du procès, l'agent Lemieux a témoigné qu'après le coup donné sur le coffre de sa voiture, il s'est « approché » du cycliste. Son auto a « juste cogné un petit peu son vélo », a juré le policier.

« Qu'est-ce que vous voulez dire : vous avez cogné son vélo ? », lui a demandé la procureure de la Couronne Jessica Drolet.

« Il n'est même pas tombé, rien. J'ai voulu m'approcher parce qu'il ne s'arrêtait pas. Je voulais juste lui parler, [lui demander] "pourquoi tu as fait ça ?" » - Stéphane Lemieux, lors de son témoignage

Le policier a ajouté : « Je suis policier, ça fait 18 ans. J'ai rarement vu quelqu'un hors de contrôle comme ça. »

L'agent Lemieux a poursuivi son témoignage en expliquant s'être rendu à la clinique pour consulter une infirmière - une dénommée Mélanie Babin - afin de faire examiner ses blessures (de légères rougeurs au torse et un doigt foulé).

En contre-interrogatoire, l'avocate du cycliste, Me Caroline Braun, a demandé au policier trois fois plutôt qu'une si un lien particulier l'unissait à Mélanie Babin. Or, l'agent a nié la connaître.

Mais l'attitude du policier a mis la puce à l'oreille du cycliste et de son avocate. À la fin de la journée d'audience, le cycliste a fait une simple recherche sur Facebook pour découvrir que Mme Babin était la conjointe de M. Lemieux.

Munie de cette preuve, la défense a rapidement averti la poursuite que le policier avait induit le tribunal en erreur. La Couronne a mis quatre mois pour déposer un arrêt des poursuites (nolle prosequi).

Hier, lorsque la défense a expliqué à la juge Joly que l'agent Lemieux avait menti au tribunal, la poursuite ne l'a pas contredite. « Je tiens à ce que ce soit enregistré, si jamais mon client en a besoin pour la suite des choses », a dit l'avocate du cycliste, Me Braun. « Effectivement, ça peut toujours servir », a dit la juge.

Plus tôt cette année, l'agent Stéphane Lemieux travaillait toujours au centre opérationnel Sud du SPVM. Une accusation de parjure pourrait-elle être déposée contre lui ? « Le dossier est entre les mains de mes supérieurs », a répondu la procureure de la Couronne, Me Drolet.

L'employeur de l'agent Lemieux - le SPVM - a dit à La Presse être « au courant de la situation ». « Le SPVM procède à des vérifications en lien avec ce dossier. S'il y a lieu, des mesures seront prises », a répondu par courriel la Section des communications et des relations médias à notre demande d'entrevue.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer