Homme tué d'une balle de plastique à Montréal-Nord: un policier accusé

Jean-Pierre Bony, 46 ans, se trouvait dans un... (PHOTO TIRÉE DE FACEBOOK)

Agrandir

Jean-Pierre Bony, 46 ans, se trouvait dans un logement d'un immeuble de la rue Arthur-Chevrier lorsque le groupe tactique d'intervention de la police de Montréal a cerné l'immeuble.

PHOTO TIRÉE DE FACEBOOK

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Renaud
La Presse

Le policier du Groupe tactique d'intervention (GTI) du SPVM qui a tiré une balle de plastique sur un homme qui est ensuite décédé des suites de ses blessures, lors d'une frappe qui a mal tourné, le 31 mars 2016 à Montréal-Nord, sera accusé d'homicide involontaire, a appris La Presse.

C'est par la fenêtre avec un rideau rouge... (André Pichette, archives La Presse) - image 1.0

Agrandir

C'est par la fenêtre avec un rideau rouge que Jean-Pierre Bony tentait de fuir.

André Pichette, archives La Presse

La victime, Jean-Pierre Bony, avait été atteinte à la tête par le projectile au moment où elle tentait de fuir par une fenêtre d'un immeuble de la rue Arthur-Chevrier investi par des enquêteurs du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), dans le cadre d'une opération antidrogue. Après avoir été atteint, M. Bony est tombé sur le sol et s'est infligé d'autres blessures.

L'enquête a été menée par la Sûreté du Québec.

Le Directeur des poursuites criminelles et pénales a avisé ce matin le SPVM qu'une accusation sera portée contre le policier, Christian Gilbert. La direction du SPVM aurait ensuite rencontré les collègues du policier concerné, nous a-t-on dit. M. Gilbert serait actuellement suspendu avec traitement.

Manifestation à Montréal-Nord, à la suite de la... (Olivier Jean, archives La Presse) - image 2.0

Agrandir

Manifestation à Montréal-Nord, à la suite de la mort de Jean-Pierre Bony, le 6 avril 2016.

Olivier Jean, archives La Presse

La manifestation du 6 avril 2016 a dégénéré... (Olivier Jean, archives La Presse) - image 2.1

Agrandir

La manifestation du 6 avril 2016 a dégénéré en émeute.

Olivier Jean, archives La Presse

Le DPCP a confirmé la nouvelle de La Presse par communiqué vers 10h30.

Peu après, le SPVM a publié un communiqué avisant qu'il « ne commentera pas davantage afin de ne pas nuire à l'équité et à l'intégrité du processus judiciaire »

La mort de Jean-Pierre Bony avait provoqué une manifestation qui s'était transformée en émeute dans l'arrondissement Montréal-Nord dans les jours qui ont suivi la frappe policière. 

Le poste de quartier 39 avait notamment été saccagé par des vandales, et des véhicules de police, incendiés. Les policiers avaient reçu l'ordre de ne pas intervenir. Personne n'avait été arrêté et accusé pour ces événements.

Si le policier Christian Gilbert est trouvé coupable, il est passible de l'emprisonnement à perpétuité, mais la peine minimale dans un cas d'homicide involontaire coupable avec une arme à feu est de quatre ans d'emprisonnement.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer