Enfants tués par un python: la GRC avait promis l'immunité à l'accusé, selon son avocat

Jean-Claude Savoie à son arrivée à la cour... (Andrew Vaughan, archives PC)

Agrandir

Jean-Claude Savoie à son arrivée à la cour de Campbellton, le 1er novembre.

Andrew Vaughan, archives PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

L'avocat de Jean-Claude Savoie, acquitté mercredi dans l'affaire des deux enfants étouffés par un python en fuite, au Nouveau-Brunswick, soutient que la GRC avait promis de ne pas porter d'accusation dans ce dossier.

Selon Me Leslie Matchim, l'enquête de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et deux réexamens subséquents du dossier avaient tous conclu qu'il ne serait pas approprié de porter une accusation contre le propriétaire de l'animalerie de Campbellton, qui hébergeait le serpent.

L'avocat de M. Savoie soutient même que dans un document signé par l'enquêteur au dossier, la GRC promettait de ne pas porter d'accusation si le propriétaire de l'animalerie collaborait avec la police pour élucider certains détails de la tragédie.

Mais un nouvel enquêteur a plus tard été affecté au dossier et le ministère public a finalement porté une accusation de négligence criminelle ayant causé la mort. Selon des documents juridiques qui ont été rendus publics après le procès, le nouvel enquêteur au dossier a estimé que son prédécesseur n'avait pas eu l'approbation de ses supérieurs pour garantir ainsi à M. Savoie l'immunité contre une poursuite au criminel.

Me Matchim a vainement tenté, plus tôt cette année, d'obtenir du tribunal l'abandon des procédures contre son client. Le tribunal a plutôt autorisé la tenue du procès, mais en excluant de la preuve les interrogatoires menés par la GRC auprès de l'accusé.

L'avocat de M. Savoie admet tout de même que son client est satisfait du verdict rendu mercredi soir par le jury, après quelques heures de délibérations.

La Couronne a plaidé au procès que l'accusé avait fait preuve de négligence parce qu'il aurait dû couvrir l'entrée du conduit d'air du vivarium dans lequel le python s'était déjà introduit à moitié. La défense a soutenu que M. Savoie n'avait pas couvert le conduit parce qu'il ne croyait jamais que le serpent, vu sa taille, pourrait passer complètement par ce tuyau.

Le python s'est effectivement enfui de son vivarium, en août 2013, et est monté jusqu'à l'appartement de l'accusé, au-dessus de l'animalerie. Connor Barthe, âgé de six ans, et son petit frère Noah, âgé de quatre ans, qui passaient la nuit chez M. Savoie, sont morts étouffés par le serpent.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer