Procès Boulachanis: «Tanguay, il mange les pissenlits par la racine»

John Boulachanis... (Photo archives La Presse)

Agrandir

John Boulachanis

Photo archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

C'était soir de party aux Chevaliers de Colomb. Croisant Max aux toilettes, Réal Séguin en a profité pour lui demander ce qui était arrivé avec Robert Tanguay, porté disparu depuis un certain temps. « Il mange les pissenlits par la racine », a répondu Max.

C'est ce que Réal Séguin a raconté, vendredi, alors qu'il témoignait au procès de John Boulachanis. Ce dernier est accusé du meurtre prémédité de Robert Tanguay, abattu le soir du 9 août 1997, dans une sablière de Rigaud, et enterré sur place. Son cadavre a été découvert quatre ans plus tard. 

Selon la thèse de la Couronne, Boulachanis et deux complices ont attiré Tanguay dans la sablière sous un faux prétexte, pour l'abattre et enterrer son cadavre dans le trou qu'ils avaient préalablement creusé. Tous s'adonnaient au vol de voitures, mais Boulachanis disait que Tanguay voulait dénoncer leurs combines à la police. 

Max et Sam, les deux complices en question, ont été condamnés dans le passé pour le meurtre de Tanguay. Ils ont tous deux témoigné au procès de Boulachanis. Il est à noter que Max et Sam sont deux prénoms fictifs, puisque leur identité est protégée par une ordonnance de non-publication. 

Voleur lui aussi

M. Séguin est arrivé au procès en fauteuil roulant. Il est amputé d'une jambe et porte une prothèse. Il a parlé des accidents et ennuis de santé qui l'ont affligé dans le passé. Il a aussi parlé de son passé dans les vols de voiture, qui lui rapportaient 50 000 à 60 000 $ par année, dit-il. C'était bien plus que le salaire légitime qu'il tirait de son travail, a-t-il noté. C'est dans ce contexte de vols de voitures, qu'il a rencontré Boulachanis. 

« Boulachanis, je le voyais régulièrement pour des vols d'autos. J'ai déjà volé un towing pour lui.  J'ai même fait une arme à feu pour lui », a relaté le témoin, avant que la défense ne fasse une objection, vers 10h25.

Le jury a été invité à sortir de la salle d'audience, pour que les parties puissent discuter avec le juge.  L'intermission pour le jury s'est prolongée pour le reste de l'avant-midi. L'audience devant jury devrait reprendre en après-midi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer