Conduite avec les facultés affaibilies: Patrick Brazeau plaide non coupable

C'est la deuxième fois que M. Brazeau fait... (Photo Justin Tang, Archives La Presse Canadienne)

Agrandir

C'est la deuxième fois que M. Brazeau fait face à la justice pour ce type de méfaits, alors qu'il a été accusé en 2014 de garde et contrôle d'un véhicule avec les capacités affaiblies.

Photo Justin Tang, Archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Gatineau

Le sénateur Patrick Brazeau, accusé d'avoir refusé de se soumettre à un alcootest, a plaidé non coupable au palais de justice de Gatineau, mardi.

M. Brazeau, actuellement suspendu du Sénat et exclu du caucus conservateur, n'était pas présent lors de l'audience. Son dossier a été remis au 26 octobre.

Les faits reprochés au politicien de 41 ans remontent au 3 avril dernier, à L'Ange-Gardien, en Outaouais.

C'est la deuxième fois que M. Brazeau fait face à la justice pour ce type de méfait, alors qu'il a été accusé en 2014 de garde et contrôle d'un véhicule avec les capacités affaiblies. Le verdict n'a pas encore été rendu dans cette affaire.

Le sénateur désormais indépendant a eu d'autres démêlés avec la justice. Le 28 octobre dernier, il avait accepté de plaider coupable aux chefs d'accusation de voies de fait simples et de possession simple de cocaïne, après que celui - bien plus grave - d'agression sexuelle eut été retiré. Il a obtenu l'absolution de la cour pour cette affaire qui avait été à l'origine de son expulsion du caucus conservateur.

M. Brazeau fait également face à des accusations de fraude et d'abus de confiance dans la foulée du scandale des dépenses au Sénat. Son collègue Mike Duffy, lui aussi au coeur de ce scandale, a été blanchi en avril des 31 accusations criminelles qui pesaient contre lui. Le procès pour fraude de M. Brazeau a été reporté au mois de juin 2017.

Même s'il demeure suspendu de la chambre haute, M. Brazeau a recommencé à toucher son salaire depuis le déclenchement de la campagne électorale, en août dernier. Son salaire était toutefois saisi pour le remboursement des allocations de logement et de déplacement auxquelles le Sénat avait jugé qu'il n'avait pas droit. Le Sénat signale que M. Brazeau a terminé de rembourser cette dette.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer