Trafic de cocaïne: un homme condamné à 42 mois de pénitencier

Massimo Paparelli... (PHOTO COURTOISIE)

Agrandir

Massimo Paparelli

PHOTO COURTOISIE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Mafia montréalaise

Actualité

Mafia montréalaise

Luttes de pouvoir, règlements de compte, arrestations, toutes les nouvelles sur la mafia montréalaise. »

Daniel Renaud
La Presse

Arrêté deux fois en un an dans deux enquêtes policières majeures visant des trafiquants de stupéfiant lié à la mafia montréalaise, un jeune homme a décidé de régler ses dettes avec la justice lundi, au Palais de justice de Montréal.

Massimo Paparelli a été condamné à 42 mois de pénitencier, un mois après avoir plaidé coupable à des accusations de complot de trafic de cocaïne.

Le résident de Montréal-Nord de 28 ans a été arrêté la première fois en mai 2013, dans un projet de la Division du crime organisé de la police de Montréal baptisé Argot et visant un réseau de trafic de stupéfiants relevant du défunt chef de clan Giuseppe De Vito assassiné au cyanure dans sa cellule du pénitencier de Donnacona durant l'été 2013, vraisemblablement victime de la vengeance du parrain Vito Rizzuto alors fraîchement rétabli dans son titre de parrain de la mafia montréalaise.

Un an plus tard, Paparelli a été repris dans les mailles du filet de la GRC dans le second volet de l'importante enquête Clemenza, visant cette fois-là les anciens lieutenants de De Vito qui avaient pris la relève de ce dernier.

Massimo Paparelli a décidé de régler en même temps ses deux dossiers.

Selon des résumés de preuve déposés en cour, il a été notamment écouté ou vu par les enquêteurs en train de livrer des stupéfiants, collecter de l'argent et aider son frère Tommaso et des complices à préparer de la cocaïne dans une cache aménagée sur la rue Joseph-Renaud et dans laquelle le SPVM avait installé des micros et des caméras à l'insu des suspects.

Selon la Poursuite, le réseau de vente de stupéfiants des frères Paparelli démantelé dans le projet Argot aurait cumulé des revenus bruts de 20 à 30 000$ par semaine. Elle évalue également que chaque livreur de drogue rapportait en moyenne 1 390$ par quart de travail et que Massimo Paparelli aurait manipulé pour l'équivalent de 277 000$ de drogue dans la cache de la rue Joseph-Renaud.

La Poursuite considérait également Massimo Paparelli comme l'un des bras-droits de Giuseppe Fetta. Ce dernier n'a pas été accusé dans Argot mais l'a été dans Clemenza. Fetta, un ancien soldat du clan Rizzuto, a été victime d'une tentative de meurtre en décembre 2012, vraisemblablement pour une question de loyauté. Il était passé dans le camp de Giuseppe De Vito, un adversaire des Rizzuto, à l'époque des enquêtes Argot et Clemenza. Il est toujours en attente de procès à la suite de son arrestation dans l'opération Clemenza.

Le frère de Massimo Paparelli, Tommaso, 33 ans, ancien gérant d'un circuit de trafic de drogue dans l'est de Montréal, avait plaidé coupable à des accusations similaires et condamné à 48 mois de pénitencier en novembre 2014.

Pour joindre Daniel Renaud en toute confidentialité, composez le (514) 285-7000, poste 4918, ou écrivez à l'adresse postale de La Presse.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer