Procès Cinar: les délibérations sont suspendues pour la journée

Ronald Weinbert apparaît sur cette photo de 2013.... (Photo Martin Chamberland, archives La Presse)

Agrandir

Ronald Weinbert apparaît sur cette photo de 2013.

Photo Martin Chamberland, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les délibérations dans le très long procès de Ronald Weinberg, Lino Matteo et John Xanthoudakis sont suspendues pour la journée parce qu'une jurée qui se dit incapable de continuer doit rencontrer un professionnel de la santé, en après-midi.

Les autres jurés ont été ramenés à l'hôtel où ils séjournent, un lieu qui doit rester secret. Les onze jurés sont séquestrés depuis jeudi dernier, en fin d'après-midi. Mardi matin, la jurée numéro 4 a envoyé un message au juge Pierre Labrie pour dire qu'elle ne se sentait plus en mesure de continuer. Elle n'a pas de soutien de l'extérieur, a-t-elle notamment fait valoir. Si elle part, le jury se retrouvera avec le minimum de membres requis pour les délibérations, soit dix. S'il devait y avoir un autre départ, cela entraînerait un avortement de procès. Ce serait catastrophique, vu que le procès dure depuis plus de deux ans.

Le juge Labrie tente de sauver la mise. Il a offert à la jurée de voir un professionnel de la santé pour l'aider, et elle a accepté de tenter le coup. On en saura plus mercredi matin, quand le juge reverra les parties.

Deuxième suspension 

C'est la deuxième fois depuis vendredi que les délibérations sont suspendues. Samedi, les jurés n'ont délibéré qu'en avant-midi, parce qu'un juré devait s'absenter, pour une raison qui a été discutée à huis clos.

Les jurés ont repris leurs délibérations dimanche et ont demandé à avoir les transcriptions de trois témoignages, dont deux qui ont duré des semaines. Il s'agit de Hassanain Panju, qui était coaccusé au départ, qui a plaidé coupable et qui est devenu témoin à charge, ainsi que celui de Robert Daviault. Ces témoignages s'étalent sur des milliers de pages.

Les jurés n'ont finalement pas obtenu les transcriptions. On leur a plutôt remis les enregistrements. On peut imaginer le travail que ça représente de réécouter les bandes, et de chercher des points précis, si c'est ce qu'ils veulent. On ne peut le savoir, puisque les délibérations sont secrètes. Après deux ans, on peut croire que le jury connaît très bien la cause, mais il a plusieurs verdicts à rendre, pour chacun des accusés. 

Fraude et faux

Rappelons que les trois accusés sont jugés sous des accusations de fraude, faux et usage de faux, en lien avec le transfert de 120 millions provenant de Cinar, dans des compagnies aux Bahamas, ce qui les a fait fondre comme neige au soleil. 

M. Weinberg était cofondateur de Cinar avec sa défunte épouse (Micheline Charest.) Lino Matteo était PDG de Mount Real, et M. Xanthoudakis était le PDG de Norschield.

Ce procès est un des plus longs procès devant jury dans les annales judiciaires. Au départ, l'exercice devait durer 5 mois, et  14 jurés avaient été choisis. Trois ont jeté la serviette en cours de route, dont une qui a eu le temps de devenir enceinte et d'accoucher pendant les procédures.

Un million pour le salaire des jurés

Les jurés sont payés 800 $ par semaine chacun. Un calcul rapide laisse supposer qu'à lui seul, le salaire des jurés avoisine le million de dollars depuis le début du procès.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer