Procès de l'ex-juge Delisle: de nouvelles preuves à l'étude

Si le Groupe de la révision des condamnations... (Photo Jocelyn Bernier, archives Le Soleil)

Agrandir

Si le Groupe de la révision des condamnations criminelles tranche en sa faveur, Jacques Delisle pourrait être en mesure de demander une libération sous caution pendant l'évaluation de son dossier par la Cour supérieure.

Photo Jocelyn Bernier, archives Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'ex-juge Jacques Delisle, condamné à la prison à vie par un jury en 2012 pour le meurtre prémédité de sa femme Nicole Rainville, poursuit sa bataille pour prouver son innocence.

Dans la foulée d'un reportage d'Enquête et de Fifth Estate à Radio-Canada/CBC, le ministère fédéral de la Justice a décidé de se pencher sur de nouvelles preuves qui pourraient mener à un nouveau procès, a rapporté hier CBC. 

Dans ces reportages, trois experts qui ont étudié la trajectoire de la balle et la blessure de la victime concluaient que Nicole Rainville s'était en fait suicidée.

L'avocat de Jacques Delisle, James Lockyer, soutient que les pathologistes qui ont mené l'autopsie sur Mme Rainville n'ont pas pris en compte une importante fracture, ce qui contredirait la théorie de la Couronne. 

Le Groupe de la révision des condamnations criminelles (GRCC) du ministère de la Justice a ainsi demandé à deux importants laboratoires d'expertise judiciaire d'évaluer ces nouveaux éléments.

Si le GRCC tranche en sa faveur, Jacques Delisle pourrait être en mesure de demander une libération sous caution pendant l'évaluation de son dossier par la Cour supérieure.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer