Évasion en hélicoptère: Benjamin Hudon-Barbeau tergiverse

Benjamin Hudon-Barbeau... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Benjamin Hudon-Barbeau

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les représentations sur la peine à imposer à l'ex-fugitif Benjamin Hudon-Barbeau ont piétiné ferme, lundi, à Saint-Jérôme, en raison de ses tergiversations.

L'homme de 29 ans, qui s'était enfui de la prison de Saint-Jérôme en hélicoptère, le 17 mars 2013, et qui a plaidé coupable en janvier dernier pour cette affaire, a changé d'avis. Il veut maintenant retirer son plaidoyer de culpabilité, répudier l'avocat qui l'a «truqué», et il demandait même un procès en anglais, en raison de sa «mauvaise compréhension du français.»

Ce qui est plutôt bizarre, pour ce Québécois dont la langue maternelle est le français. D'ailleurs, tous les textos qu'ils auraient envoyés pour préparer sa spectaculaire évasion, il y a trois ans, étaient en français. Et l'homme, qui n'en est pas à ses premiers démêlés judiciaires, a admis qu'il avait toujours été jugé en français dans le passé.

En posant des questions en anglais à M. Hudon-Barbeau, le juge de la Cour supérieure Marc David s'est vite rendu compte que l'accusé était plus à l'aise en français qu'en anglais. De plus, les requêtes qu'il avait présentées, en anglais, à l'insu de son avocat, contenaient des fautes.

«Je vais être franc avec vous, je ne me sens pas apte à poursuivre, que ce soit en français, en anglais ou en chinois. J'ai des choses à régler de mon bord, j'essaie de me redresser...», a répondu Hudon-Barbeau, qui paraissait bien mêlé.

Hudon-Barbeau, un ex-sympathisant des Hells Angels, avait été repris quelques heures après son évasion, en 2013. Depuis, il est soumis à des conditions de détention difficiles. Cet aspect des conditions de détention était un argument que son avocat, Me Francis Cloutier, devait invoquer dans le cadre des représentations sur la peine. Hudon-Barbeau risque une très longue sentence. Il pourrait même finir ses jours en prison, puisque la Couronne demande qu'il soit déclaré délinquant dangereux.

Le juge Marc David lui a vivement conseillé d'être représenté par avocat. «Vous êtes votre pire ennemi», a fait valoir le juge.

Le procureur de la Couronne, Steve Baribeau, s'est pour sa part dit «sans voix» devant les demandes de Hudon-Barbeau. «Le plaidoyer est valide, il a été entériné par le tribunal. Je trouve les demandes de M. Hudon-Barbeau complètement frivoles et vouées à l'échec. Il ne faut pas que ça paralyse le processus», a-t-il fait valoir.

En fin de compte, c'est pourtant ce qui est arrivé puisque l'audience a été reportée. Me Francis Cloutier, qui représente Hudon-Barbeau, ira rencontrer son client en prison pour voir s'il continue de le représenter ou non. L'Institut Philippe-Pinel demandait un délai supplémentaire pour évaluer la dangerosité de Hudon Barbeau, car l'évaluation serait difficile à faire. Le juge David a ordonné que cette évaluation soit carrément stoppée pour le moment, vu l'incertitude qui règne sur le dossier.

Un coaccusé dans l'affaire de l'évasion, Billi Beaudoin, était présent dans le box, puisque lui aussi a plaidé coupable et doit recevoir sa peine. Dans son cas, la Couronne demande 15 ans. Les parties se reverront en avril pour aviser de la suite.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer