Procès de l'écrivain Roussy: ils ont feuilleté le dictionnaire des fantasmes et perversions

Maxime Roussy... (PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Maxime Roussy

PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Avant d'avoir la première relation sexuelle de sa vie, Karine, 14 ans, a feuilleté le «dictionnaire des fantasmes et perversions» que l'écrivain de littérature jeunesse Maxime Roussy avait apporté dans la chambre de motel.

Cette première relation sexuelle s'est passée le samedi soir 22 novembre 2008, dans la chambre 74 du motel Métro, situé rue Lajeunesse, près du métro Sauvé, a expliqué Karine, qui témoigne pour le troisième jour au procès de M. Roussy. Le récit de Karine, précis, méthodique, est livré d'un ton égal. 

C'était une relation complète, a précisé la jeune femme, et ça réunissait «cinq constantes» qui allaient marquer leurs relations subséquentes. Elle les a énumérées: «french kiss, masturbation, fellation, cunnilingus, et pénétration vaginale.»

La jeune fille a été initiée au sadomasochisme dès la première relation, selon son témoignage. Roussy lui a donné des claques sur les fesses. Et il a tenté de la sodomiser. C'est devenu de plus en plus «hardcore» au fil de leurs rendez-vous. Il la voulait parfaitement soumise, rêvait d'en faire une esclave sexuelle. Même si elle n'était pas trop intéressée par l'aspect sadomaso, elle embarquait dans le jeu, car elle l'aimait et voulait lui plaire. Elle voulait faire plus, aller plus loin, que la blonde de Roussy. 

«Je me disais que si je ne lui donnais pas ses fantasmes, son intérêt envers moi allait diminuer», a-t-elle dit.

Onze fois

La jeune fille aurait eu des relations sexuelles onze fois avec Roussy, entre novembre 2008 et novembre 2010. La toute première fois, le 21 novembre 2008, il n'y a eu que des attouchements, dans le cadre du Salon du livre de Montréal. Roussy et la jeune fille se sont retrouvés dans la voiture de l'écrivain, au sous-sol de Place Bonaventure. Il l'a embrassée et lui a touché les seins sous son chandail. Roussy et Karine ont convenu de se retrouver le lendemain, pour aller dans un motel. Cela se passait bien sûr à l'insu des parents de la jeune fille.

Entre leurs rencontres, Karine et Roussy entretenaient une correspondance sexuelle très intense sur le web 

L'homme de 40 ans, père de quatre enfants, est jugé sous onze accusations, dont leurre sur internet, agression sexuelle armée, pornographie juvénile et contacts sexuels avec une mineure.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer