Huit kilos de cocaïne dans ses valises : coupable

Le 26 juillet, les agents de l'Agence des... (PHOTO FOURNIE PAR L'AGENCE DES SERVICES FRONTALIERS DU CANADA)

Agrandir

Le 26 juillet, les agents de l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) ont vérifié les valises de tous les passagers d'un vol en provenance de Port-au-Prince grâce à la technologie Ion scan.

PHOTO FOURNIE PAR L'AGENCE DES SERVICES FRONTALIERS DU CANADA

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Interceptée à l'aéroport de Montréal avec près de huit kilos de cocaïne dans ses valises, en 2012, Berthide Louis, une jeune mère, a été déclarée coupable d'importation et possession aux fins de trafic, jeudi.

Le juge Yves Paradis n'a pas cru les explications de la femme de 23 ans, quand elle a soutenu que la drogue avait été placée dans ses valises à son insu. 

Mme Louis avait tout juste 20 ans au moment des faits, le 25 juillet 2012. Elle revenait d'un séjour d'une semaine en Haïti, avec son fils de deux ans, quand elle avait été arrêtée. Chacune de ses deux valises contenait un double fond, dans lequel se trouvait la drogue, d'une valeur de plus de 220 000 $. Les paquets enveloppés sous vide étaient couverts d'une substance visqueuse et collante qui empêchait la prise d'empreintes.

Contradictions

La jeune femme s'est confondue en mauvaises explications et en contradictions, à son procès. Elle était supposément allée voir sa mère malade, presque mourante, une dernière fois, en Haïti, pour ensuite dire qu'elle avait fait des activités avec sa mère pendant son séjour.

La situation de Mme Louis ne coïncidait pas non plus avec son train de vie. En 2012, celle-ci vivait d'aide sociale. Occasionnellement, elle travaillait dans un salon de coiffure, mais ne déclarait pas ses revenus qui étaient trop bas, disait-elle. Avec de si maigres revenus, comment a-t-elle pu se payer trois voyages hors du pays en six mois en 2012? Elle est allée à Haïti en février, puis en juillet. En juin, elle était allée passer une semaine dans un tout inclus, en République dominicaine, a relevé le juge.

La jeune femme reviendra devant le juge Paradis le 26 mai, pour les représentations sur la peine. La Couronne demandait l'incarcération immédiate de Mme Louis, vu qu'elle s'expose à une peine de plus de cinq ans. Le juge a refusé, mais il a resserré les conditions de Mme Louis.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer