Autiste et enfant nus: 22 mois pour le jeune Saint-Jacques

Le père d'une des victimes de Phylip Saint-Jacques porte... (PHOTO HUGO SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE)

Agrandir

Le père d'une des victimes de Phylip Saint-Jacques porte le chandail d'une association de parents.

PHOTO HUGO SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'ex-blogueur Phylip Saint-Jacques, atteint du syndrome d'Asperger, a écopé de 22 mois de prison, mercredi au palais de justice de Montréal, pour contacts sexuels avec des enfants et production de pornographie infantile.

La juge Isabelle Rheault a ainsi entériné la suggestion que lui faisaient les avocats de la Couronne et de la défense. Le jeune homme a approché une trentaine d'enfants âgés entre un et cinq ans, entre 2012 et 2014, en disant aux parents qu'il avait des problèmes d'hygiène, et qu'il voulait savoir comment on se lavait. Croyant bien faire, des parents ont accepté de filmer leur enfant pendant le bain, ou de laisser Saint-Jacques y assister. Celui-ci a discrètement pris des films ou photos avec son téléphone portable. Il y aurait eu des touchers à certains moments.

En rendant son jugement, la juge a dit qu'elle comprenait la situation particulière de Saint-Jacques, un autiste de haut niveau, mais elle a signalé que sa condition ne pouvait pas tout excuser. «Vous avez abusé de la confiance des parents qui vous avaient ouvert leur porte et leur coeur», a-t-elle dit. Elle a signalé que les rapports d'expertise produits au sujet de Saint-Jacques relevaient qu'il était capable d'organiser sa pensée et des «conduites manipulatoires.»

Libéré

La peine imposée correspond au temps que le jeune homme a passé en détention préventive, si bien qu'il devait être libéré le jour même de sa sentence. Sa sortie sera toutefois encadrée de différentes façons, à commencer par une probation de trois ans au cours de laquelle il devra se rendre au Centre de psychiatrie légale de Montréal pour amorcer un suivi thérapeutique. Plusieurs interdictions lui sont faites, dont celle d'être en présence d'enfants de moins de 16 ans, à moins qu'il y ait une personne responsable.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer