Faubourg Contrecoeur: un premier accusé plaide coupable

Daniel Gauthier (à droite) présidait la firme d'urbanisme... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE)

Agrandir

Daniel Gauthier (à droite) présidait la firme d'urbanisme Groupe Gauthier Biancamano Bolduc (GGBB), une filiale de la firme de génie-conseil Dessau (vendue à Stantec).

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Avant même que ne soient entendus les premiers témoins dans le procès du Faubourg Contrecoeur, l'un des huit coaccusés a plaidé coupable vendredi matin de fraude et de complot pour fraude.

Il s'agit de Daniel Gauthier qui présidait la firme d'urbanisme Groupe Gauthier Biancamano Bolduc (GGBB), une filiale de la firme de génie-conseil Dessau (vendue à Stantec). Comme l'a souligné le Ministère public, le stratagème qui s'est étalé entre septembre 2004 et octobre 2008, visait à favoriser et à sélectionner l'entreprise Construction F. Catania.

Or, c'est M. Gauthier qui avait obtenu entre autres mandats de préparer l'appel de qualification et l'appel d'offres pour choisir l'entreprise qui allait développer un nouveau quartier résidentiel dans l'est de Montréal appelé Faubourg Contrecoeur. M. Gauthier et sa firme n'avaient pourtant aucune expérience dans la préparation de tels documents, avait souligné la policière responsable de l'enquête, Isabelle Toupin, lors de son témoignage devant la commission Charbonneau.

«Avant l'appel de qualification, M. Gauthier savait que Catania avait été choisie», a affirmé au Tribunal Me Nicole Martineau alors qu'elle a lu quelques éléments de l'exposé conjoint des faits qui n'a pas été officiellement déposé.

Me Martineau a indiqué que le coupable reconnaît avoir participé au processus ayant favorisé Catania. Soulignons que M. Gauthier a été l'un des membres du comité de sélection ayant permis à Catania de décrocher le contrat lié au projet de 300 millions de dollars.

Il a également été mentionné que les ingénieurs René Séguin et Michel Lalonde, tous deux de l'ancienne firme de génie Groupe Séguin (devenue Groupe Génius) ont participé au complot. MM. Séguin et Lalonde n'ont toutefois pas été accusés dans ce dossier.  M. Lalonde a été l'un des témoins collaborateurs importants lors des travaux de la commission Charbonneau, révélant les dessous du système de collusion entre firmes de génie, à Montréal.

SENTENCE À DÉTERMINER

Le mois prochain, Daniel Gauthier reviendra en cour pour les représentations sur la peine à lui imposer. Son avocat, Me Jean-Claude Hébert a souligné que son client aurait des nuances à apporter à chacun des paragraphes de l'exposé conjoint des faits «sans renier la reconnaissance de sa culpabilité». Un ou deux témoins devraient alors être entendus afin de bien établir le niveau de responsabilité de M. Gauthier, a indiqué Me Hébert.

À la sortie de l'audience, Me Martineau a refusé de commenter quels pouvaient être les impacts des admissions de M. Gauthier sur ses coaccusés non plus que sur une possible réduction de la peine de M. Gauthier.

«Le procès se continue quant aux autres accusés. Nous ferons valoir nos représentations quant aux faits et à la peine que nous demanderons lors de l'audience du 24 mars prochain», s'est-elle bornée à dire.

Le procès impliquant l'ancien président du comité exécutif de Montréal, Frank Zampino, l'ex-collecteur de fonds pour le parti politique de l'ex-maire Gérald Tremblay, Bernard Trépanier, l'entrepreneur Paolo Catania, son entreprise ainsi que quatre dirigeants de celle-ci se poursuit lundi prochain. Depuis le début de la semaine, ce ne sont toutefois que des requêtes qui sont débattues ; la situation pourrait se poursuivre au moins une autre semaine.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer