Un homme avoue avoir tué son ex-conjointe, ignorant qu'elle était enceinte de lui

Raynald Létourneau... (PHOTO FOURNIE PAR LE SPVM)

Agrandir

Raynald Létourneau

PHOTO FOURNIE PAR LE SPVM

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Raynald Létourneau a tué son ex-conjointe il y a 8 mois, en ignorant qu'elle était enceinte de lui. L'homme de 47 ans n'a pas voulu être jugé. Il a plaidé coupable, jeudi matin, à la plus lourde infraction du Code criminel, soit meurtre prémédité. Il écope automatiquement de la prison à vie.

La victime, Charlie Cecilia Garcia, a été étranglée dans son logement de la rue Goyer, la nuit du 30 mai dernier. La femme de 36 ans était séparée depuis un mois de Létourneau. Elle ne lui avait pas dévoilé son état. Elle avait confié à des amis qu'elle le trouvait trop agressif.

Mme Garcia était en vie à 23h10 la veille, puisqu'elle avait envoyé un texto à un ami, Jesus Hernandez, pour lui dire qu'elle avait des difficultés avec son disque dur. Il devait la rappeler le lendemain. Quelques heures plus tard, une voisine a entendu de grands bruits et des cris de femme. Il était entre 2h et 2h30.

Le 30 mai, un peu avant 11h, Létourneau a appelé une Jesus Hernandez, pour lui dire d'appeler le 9-1-1, car il s'était rendu chez Mme Garcia, et l'avait trouvée morte. 

À leur arrivée, les policiers ont trouvé la victime couchée sur le dos dans son lit, vêtue d'une camisole et d'une culotte. 

Ses cartes d'identité étaient autour d'elle, ainsi que trois notes écrites par Létourneau, dont une indiquant l'heure du décès: 2h30, accompagnée du mot «urgence.»

L'autopsie a confirmé qu'elle était morte étranglée, et qu'elle était enceinte de quelques semaines. Au moment de sa mort, elle portait son appareil anti-grincements des dents. Du sperme de l'accusé a été retrouvé dans son vagin. 

Létourneau était pour sa part introuvable. Son véhicule a été retrouvé dans les jours suivants sur l'avenue Papineau. Les policiers se sont rendu compte qu'il avait abandonné son emploi de livreur à la Maison André Viger, trois jours avant le crime. Il avait vidé son compte en banque, et fait un changement d'adresse pour faire croire qu'il était à Paris.

Létourneau, qui avait des antécédents judiciaires, notamment d'agression sexuelle et de violence, est devenu un des dix criminels les plus recherchés au Québec. Il a été arrêté le 24 août, alors qu'il résidait sur la 1re Avenue, sous le faux nom de Léo Latour. Pendant sa cavale, il avait envoyé un message à la famille de sa victime, pour exprimer ses regrets. 

Le bref résumé des faits a été fait devant le juge André Vincent, jeudi matin. 

Létourneau a affirmé qu'il plaidait coupable tout à fait volontairement.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer