Le proxénète Mataev déclaré délinquant dangereux

Evgueni Mataev... (PHOTO LA PRESSE)

Agrandir

Evgueni Mataev

PHOTO LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

En raison de sa longue feuille de route et de son profil qui laisse fortement craindre la récidive en matière de crimes violents, Evgueni Mataev a été déclaré délinquant dangereux, mardi, à Montréal.

L'homme de 42 ans écope donc d'une peine à durée indéterminée. En rendant sa décision, le juge Jean-François Buffoni a fait valoir que c'était la solution qui s'imposait pour protéger le public.

Mataev attendait sa peine depuis un peu plus d'un an. En décembre 2014, au terme d'un deuxième procès (le premier avait avorté) et d'un très long délibéré de 18 jours, un jury l'avait déclaré coupable de proxénétisme à l'endroit d'une jeune Américaine, et de voie de fait grave à l'égard d'un homme qu'il avait poignardé. Les faits s'étaient produits entre l'automne 2010 et le printemps 2011, et impliquaient quatre autres accusés. Evgueni Mataev était sans contredit le leader dans cette affaire.

Sandy, la victime, disait que Mataev avait fait d'elle sa «gangsta bitch», la traitait en esclave sexuelle, et qu'il l'avait forcée à voler et à se prostituer. Le jury n'était toutefois pas parvenu à s'entendre sur l'accusation phare, soit trafic de personne. Les coaccusés de Mataev avaient tous été acquittés, sauf un, à l'égard duquel le jury n'était pas parvenu à s'entendre.

Revu aux sept ans

Le cas d'un délinquant dangereux est réévalué après sept ans de prison par les services correctionnels. Ce qui arrivera en 2017 pour Mataev. Ce qui lui laisse deux ans pour se reprendre en mains, a laissé entendre le juge. M. Mataev s'était d'ailleurs dit ouvert à faire une thérapie de gestion de la colère.

«C'est à M. Mataev de faire ses preuves et de démontrer devant la Commission d'examen qu'il ne représente plus de danger. On ne jette pas la clé de la prison. On lui laisse et c'est à lui de savoir l'utiliser», a commenté le procureur de la Couronne, Pascal Dostaler, qui a piloté le dossier.

Me Richard Tawil, qui représente M. Mataev, n'a pas exclu la possibilité d'aller en appel.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer