Dennis Oland déclaré coupable du meurtre non prémédité de son père

Dennis Oland s'est présenté à la cour en... (PHOTO ANDREW VAUGHAN, PC)

Agrandir

Dennis Oland s'est présenté à la cour en compagnie de son épouse Lisa, le 16 décembre.

PHOTO ANDREW VAUGHAN, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Kevin Bissett
La Presse Canadienne
SAINT-JEAN, N.-B

Dennis Oland a été déclaré coupable du meurtre non prémédité de son père, l'homme d'affaires néo-brunswickois Richard Oland.

Une fois son verdict prononcé, l'accusé s'est mis à pleurer de manière incontrôlable et s'est exclamé: « Oh mon Dieu!».

Le juge John Walsh a remercié le jury pour son travail.

La mère de Dennis Oland, Connie, a publié un communiqué peu après le verdict, disant que la famille était sous le choc et attristée par l'issue du procès.

« Notre foi en l'innocence de Dennis n'a jamais fléchi et la décision du jury n'a pas changé cette conviction. Nous discuterons maintenant de nos options avec l'équipe [juridique]. Nous croyons sincèrement que justice sera rendue », a-t-elle déclaré.

L'oncle de Dennis Oland, Derek, a également maintenu son innocence dans un communiqué.

Ce procès très médiatisé qui a commencé en septembre a vu défiler 50 témoins et étayé un dossier basé sur une preuve largement circonstancielle, selon ce qu'a dit le juge Walsh.

Donnant de longues instructions aux jurés cette semaine, M. Walsh les a à maintes reprises prévenus qu'ils devaient être convaincus hors de tout doute de la culpabilité de l'accusé pour le condamner.

« Si vous croyez la déclaration et le témoignage de Dennis Oland, qu'il n'a pas commis ce crime, vous devez le déclarer non coupable. »

Il a ajouté qu'ils ne pouvaient le condamner que si le reste de la preuve démontrait hors de tout doute raisonnable la culpabilité de Dennis Oland.

Le corps de Richard Oland a été trouvé, face au sol, gisant dans une mare de sang dans son bureau de Saint-Jean, le 7 juillet 2011. Son fils l'avait visité la veille. Il avait reçu 45 coups à la tête, au cou et aux mains, mais aucune arme n'a jamais été retrouvée.

Les Oland sont en affaires dans les Maritimes depuis des décennies. La famille a fondé la brasserie Moosehead. Richard Oland a quitté l'entreprise familiale en 1981.

Durant le procès, la Couronne a évoqué les difficultés financières de l'accusé et le fait que son père entretenait une liaison extraconjugale comme motifs possibles du meurtre.

Interrogé par la police le 7 juillet 2011, Oland a dit à la police que son père pouvait parfois être un personnage difficile, mais qu'il était bon et avait payé pour son divorce.

« Je n'aurais aucune raison de le tuer », avait-il dit.

Il avait aussi dit à la police qu'il avait visité son père à son bureau à deux reprises le 6 juillet 2011, et qu'il portait un veston marine. Or, des caméras de surveillance le montrent portant un veston marron. Il est par la suite retourné au bureau une troisième fois pour reprendre un journal de bord pour son oncle.

La Couronne avait plus de 40 témoins; la défense, seulement trois: M. Oland lui-même, un expert en éclaboussures de sang et un expert légiste informatique.

L'élément de preuve principal pour la Couronne était un veston marron appartenant à Dennis Oland, qui comportait quelques taches de sang dont l'ADN correspondait à celui de Richard Oland. Cependant, aucun des témoins experts ne pouvait spécifier depuis combien de temps le sang était sur le veston ou de quelle façon il avait éclaboussé le vêtement.

La défense a soumis une vidéo montrant Dennis Oland et sa femme en train de faire emplettes au moment où des gens travaillant un étage en-dessous du bureau de Richard Oland croient avoir entendu le meurtre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer